Miages-Djebels

Accueil du site > Mémoire > Mémorial 7e BCA

Mémorial 7e BCA

jeudi 13 mars 2008, par Claude GRANDJACQUES

Le 29 juin 2007, au quartier Bulle à Bourg St Maurice, était inauguré le Mémorial des morts pour la France du 7e BCA, tombés en Grande Kabylie.


« 1955 ! . Caporal Boot Jack ! ». « Mort pour la France ! » murmure la foule présente. « Chasseur Borrelaz Armand ! ». « Mort pour la France ! » reprend la foule. Liste « 1956 !. Chasseur Raffanel André Louis ! ». « Mort pour la France ! »

Cette mélopée du martyrologe des anciens du 7e BCA, morts en Grande Kabylie, va durer de longues minutes.

Les 63 noms vont être égrenés d’une voix claire et assurée par Pierre Colliard, Président de la section Tarentaise de l’amicale du 7e B.C.A..

Répondra à chaque appel, le ressac des gorges nouées murmurant « mort pour la France ! ». Car les familles, les anciens camarades de ces jeunes fauchés en pleine jeunesse sont là, graves et silencieux, regroupés devant le bâtiment de la 3e compagnie ; celle-ci est présente, figée au garde-à-vous. Chacun se souvient, qui d’un frère, qui d’un camarade, qui d’un chef de section ……

Démontrant que là où il y a une volonté, il y a un chemin, le général André qui préside avec cœur et talent, aux destinées de l’amicale du 7e BCA depuis 5 ans, avait voulu et organisé cette cérémonie qu’il anime malgré la maladie. Par sa présence, il donne à l’assistance une leçon de courage et d’énergie qui force l’admiration.

Cette litanie des héros originaires des deux côtés de la Méditerranée qui ont versé leur sang pour la France, est le dernier temps fort de cette longue cérémonie. Elle avait commencé deux heures plus tôt, par une messe recueillie concélébrée par le père Henri Pillot, ancien commandant adjoint du 7e BCA, et le père Pierre Mongellaz, curé dans la vallée de Chamonix, ancien sous-officier du 7 à Tickichourt. Avait suivi une prise d’armes impeccable au cours de laquelle le colonel Dominique Besse, chef de Corps du 7e BCA remit décorations et lettres de félicitations et un défilé dominé par les voix mâles et cadencées de chacune des compagnies. La Princesse Hélène de France, la marraine du Bataillon, dont le frère figure sur la liste du Mémorial, donnait à cette cérémonie militaire un caractère familiale et intime.

Après ce défilé la 3e Compagnie se regroupera devant son bâtiment baptisé dorénavant « Grande Kabylie » lors d’une allocution prononcée par le Colonel Dominique Besse. Celui-ci rappela : « au-delà des combats et des sacrifices consentis, le 7e BCA scolarisa 2 500 enfants grâce aux 40 instituteurs militaires et animera de nombreux foyers et groupes sportifs de jeunes Algériens. La page héroïque est tournée, mais le souvenir fervent ne s’effacera pas », avant de dévoiler le magnifique panneau en bois, œuvre de Pierre Marot de Bourg St Maurice et la plaque du Mémorial, œuvre de James Perquin, marbrier à Albertville.

L’entrée du bâtiment de la 3e compagnie, dont faisait alors partie la S.E.M., est dorénavant dépositaire de la plaque du souvenir. Les noms gravés rappelleront le sacrifice de ceux qui sont morts pour la France en Algérie, victimes des contradictions d’une cause à défendre qui les dépassait.

En ce fond de vallée verdoyante chauffée par le soleil de midi, certains anciens de Grande Kabylie présents entendront encore longtemps l’écho de la voix de Michel Morschoisne, Président des anciens Combattants de Bourg St Maurice se répercuter sur le Ras Timedouine et la cuvette de Taourirt où s’endormirent leurs camarades. Ras Timedouine

En fin de messe, sa lecture du « dormeur du val » d’Arthur Rimbaud, ajoutait encore une résonance émouvante à cette journée de la mémoire où le passé se confondait avec le présent pour rester à jamais gravée dans nos cœurs :

« C’est un trou de verdure où chante une rivière, Accrochant follement aux herbes des haillons D’argent ; où le soleil, de la montagne fière, Luit : c’est un petit val qui mousse de rayons.

Un soldat jeune, bouche ouverte, tête nue, Et la nuque baignant dans le frais cresson bleu, Dort ; il est étendu dans l’herbe, sous la nue, Pâle dans son lit vert où la lumière pleut.

Les pieds dans les glaïeuls, il dort. Souriant comme Sourirait un enfant malade, il fait un somme : Nature, berce-le chaudement : il a froid.

Les parfums ne font pas frissonner sa narine ; Il dort dans le soleil, la main sur sa poitrine, Tranquille. Il a deux trous rouges au côté droit »

Claude GRANDJACQUES.

Extrait de l’homélie prononcée par le Père Pillot pendant la messe. « ….On peut s’étonner que deux personnages aussi dissemblables (St Pierre et St Paul dont c’était la fête le 29 juin) soient fêtés ensemble. Ils ont cependant au moins un point commun : tous les deux sont morts martyr (= témoins) à Rome, après s’être donné totalement au Christ et à son Eglise. C’est la raison pour laquelle, très tôt, ils ont été associés dans une même vénération et ont été fêtés ensemble, cela est attesté dès le 3° siècle. Tous les deux ont donné leur vie au service d’une cause qui les dépassait.

Ceux dont nous commémorons le souvenir aujourd’hui, n’ont pas fait autre chose. Tous étaient très différents, tant par leurs aspirations que par leurs origines mais, tous à des degrés divers se sont battus pour leur pays, pour que ce pays demeure et vive. Certains se sont donnés par vocation, j’en témoigne au moins pour l’un d’eux qui a été mon camarade de ‘’Corniche’’ puis camarade de promotion à Saint Cyr : le lieutenant FOURNIER, d’autres sont morts par devoir parce que appelés ou rappelés. Tous ont cru en ce qu’ils faisaient et en connaissaient les risques. Tous ont droit à notre respect et méritent que nous honorions leur mémoire. ….. »

Général Henri Pillot Prêtre du Diocèse de Lyon


Pour avoir des renseignements complémentaires, consulter le site de GenWeb http://www.memorial-genweb.org/~mem...

Répondre à cet article

4 Messages de forum

  • Mémorial 7e BCA 16 mai 2009 22:07, par VALUKHOVA

    Mémorial 7ème BCA : cet évènement si émouvant a eu lieu pendant une période où nous n’étions pas en Savoie. Lisant ce compte-rendu, j’en éprouve une énorme peine pour un jeune, qui fut appelé sous les drapeaux en 1959. Il servit la France comme ses autres camarades de la Classe 38, mais au 6ème BCA de Grenoble, malgré leur origine savoyarde, boraine ou autre.

    Le "maintien de l’ordre en Algérie devenait un cauchemar et le restera toujours". Certains ne sont pas revenus. Certains sont revenus sains et saufs. Et lui, sur une civière, gravement blessé à la tête. Il fut soigné à Alger où sa mère put venir à son chevet, car il était mourant. Sa réaction vive pour qu’on le soigne et l’opère, a sauvé la vie de ce fils téméraire et courageux.Il poursuivit sa guérison à l’Hôpital Desgenettes, puis fit une longue rééducation dans les Monts du Lyonnais, afin de pouvoir remarcher un peu. Mais la vue était irrémédiablement atteinte. Il retrouva cependant un tout petit champ visuel, lui permettant de se repérer. Ce qui fut un miracle. Hémiplégique, sa témérité l’a cloué par la suite dans un fauteuil roulant et beaucoup de difficultés pour vivre normalement. L’âge arrivant, la situation physique s’aggrave. Ce qu’il accepte difficilement.

    Prenant le relais de cette mère, maintenant âgée de 93 ans, je gère la situation du handicap de cet homme, généreux et volontaire, depuis bientôt dix ans, et je l’ai épousé pour l’aider de mon mieux, au détriment de ma propre santé.

    Je veux croire que, dans les affaires de guerre ou les sombres affaires politiques, il n’y a qu’un seul refuge dans la sincérité d’un acte, le coeur. Rien d’autre ne peut adoucir le vécu de jeunes hommes qui, lors de la guerre d’Algérie, ont été sacrifiés pour.... les résultats d’aujourd’hui, et que chacun sait ou tait !

    Le 6ème BCA n’existant plus, j’aurais aimé être, avec lui, parmi les personnalités militaires, locales ou nationales, lors des cérémonies du 18 mars 2008. En la présence de la Princesse Hélène de France, une émotion supplémentaire m’aurait sans doute submergée, car à une époque, Monsieur Henri de France était notre Président dans un tout autre contexte passionnant et intéressant la santé de l’être humain.

    Répondre à ce message

    • Mémorial 7e BCA 27 septembre 2013 19:01, par PALLUCCA

      ancien du 7ème BCA (classe 58/2 A) j’ai lu bien tardivement votre message qui m’a profondément ému.

      J’ai servi , comme sergent , à la 1ere compagnie du 7ème BCA de juin 1959 à décembre 1960 en Grande KABYLIE.

      Pourriez vous me communiquer les références de l’Amicale des anciens du 7 ?

      vous remerciant à l’avance et vous félicitant à nouveau je vous dis , cher camarade, toute mon amitié-chasseur. christian PALLUCCA tel : 06 83 26 06 57

      Répondre à ce message

      • Mémorial 7e BCA 17 novembre 2013 19:57, par djefolive

        M. PALLUCCA Christian etant un ancien du 7 principalement la 1ere compagnie a maou connaissance ayant servie dans la region de kouriet en kabylie je voudrais bien si c’est le cas de me confier des photos de la region ou un memoire sur les evenements durant cette periode je vous serais reconaissons

        Répondre à ce message


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP