Miages-Djebels

Accueil du site > Un peu d’histoire > Ferhat Abbas : l’humaniste

Ferhat Abbas : l’humaniste

jeudi 6 janvier 2011, par Larbi Mehdi

Effectivement, Demain, se lèvera le jour(1), un livre écrit par Ferhat Abbas quelques années avant sa mort, est destiné à toutes et tous les Algériens. Le livre en question contient un projet politique basé essentiellement sur la légalité.


Je profite de ce papier pour rendre hommage, non seulement à notre défunt nationaliste Ferhat Abbas qui nous a laissé un livre comme testament, mais aussi à toutes les personnes qui ont préféré laisser leur vie, souvent dans des conditions abominables, afin que nous vivions libres et heureux. Aujourd’hui, puisqu’il s’agit d’un livre qui contient un rêve d’une personnalité historique dont le nom, comme celui des autres d’ailleurs, s’est familiarisé et gravé depuis longtemps dans les esprits nationaux et internationaux, il serait désagréable de notre part de ne pas profiter de cette occasion pour avoir l’honneur de le lire, afin de produire un modeste commentaire après avoir creusé et fouiné dans le sens des mots qu’il contient.

Effectivement, Demain, se lèvera le jour(1), un livre écrit par Ferhat Abbas quelques années avant sa mort, est destiné à toutes et tous les Algériens. Le livre en question contient un projet politique basé essentiellement sur la légalité.

Il représente, donc, un rêve que Ferhat Abbas voulait partager de son vivant avec les Algérien(ne)s. Demain, se lèvera le jour, un titre... Un rêve… que Ferhat Abbas a réalisé dans son livre et a souhaité le voir se concrétiser… un jour… dans la réalité, afin que la joie déborde des visages et envahisse en fin de compte les pupilles. De ce fait, un livre… un rêve… nous fait penser qu’il fut un temps l’Algérie avait eu des hommes politiques qui, malgré leurs différences, ont pensé à construire un Etat de droit, afin que nous, Algérien(ne)s, puissions combattre ensemble toutes les formes de l’injustice. Pour dire l’essentiel, le martyr Ferhat Abbas nous a légué un testament inestimable. « Un livre » qui nous pousse aujourd’hui et nous oblige, malgré nous, à nous aimer. Aimons-nous pour qu’on puisse construire un lien fort, et avoir une confiance mutuelle semblable à celle de nos martyrs. Cet amour sera le leitmotiv qui nous rassemble pour bâtir un avenir à nos enfants et arrière-petits-enfants. Il faut dire que ce monsieur était unique parce qu’il a éprouvé pour nous, gracieusement, un sentiment affectif. Mis à part le travail, il n’attendait rien de nous. Il voulait simplement nous voir vivre heureux. Ce monsieur était notre premier Président. N’était-il pas un ange ? Devons-nous pleurer sa disparition aujourd’hui ?

Pour lire la suite de l’article, cliquer sur

PDF - 166.2 ko
Ferhat Abbas l’humaniste, article de Larbi Mehdi
publié dans le Journal El Watan du 6 janvier 2011
PDF - 130.5 ko
Ferhat Abbas l’humaniste, article de Larbi Mehdi (suite)
publié dans le Journal El Watan du 8 janvier 2011

Répondre à cet article


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP