Miages-Djebels

Accueil du site > Au nom du sang versé, regardons la vérité > L’affaire K - K comme Kabylie - de Timerzouguène à Chapeiry.

L’affaire K - K comme Kabylie - de Timerzouguène à Chapeiry.

lundi 2 janvier 2012, par Collectif.

Une présentation de Miages-djebels pour servir l’histoire à partir d’une compilation de témoignages :
- « Conflits d’autorités durant la guerre d’Algérie » de Maurice Faivre,
- « Adieu djebels » de Jean Servier,
- « Tant qu’il y aura des étoiles. II Partisans »de Pierre Hentic,
- « Un béret rouge en képi bleu » de Georges Oudinot,
- « Une villa dans la tourmente du FLN » de Marc Delporte-Fontaine.
- « Parcelles d’oubli » de Jean Lyonnaz Perroux,

Une occasion d’honorer ensemble la mémoire de ceux qui sont morts pour l’Algérie ou pour la France.

Toutes les victimes de cette guerre cruelle méritent de trouver leur place dans une mémoire partagée entre nos deux pays.

L’analyse de cette période de violence et de passion, devrait faire éclore un avenir de compréhension et bienveillance.

Ce qui nous unit est plus fort que ce qui nous sépare.

A chacun d’agir pour construire.


Connaissez-vous Chapeiry, ce petit village du Chéran à une dizaine de kilomètres au sud d’Annecy ? Situé dans une région rurale tout en douceur, les hommes y vivent encore en harmonie avec la nature. Le temps ne semble pas y avoir d’emprises.

C’est là que réside mon ami Jean Lyonnaz, dont j’ai fait connaissance après avoir lu son témoignage « Parcelles d’oubli ». Un livre sans fioriture où l’auteur raconte de façon simple et émouvante les moments éprouvants et dramatiques vécus comme rappelé en Algérie en 1956. Il était infirmier au 2/121e RI, une unité qui deviendra le 6e Hussard . Ce bataillon était implanté dans le secteur d’Azazga, une région qui me deviendra familière quelques années plus tard.

Peu après ma rencontre avec Jean, un jeune de Bouzeguène me contacte, via Internet. Il me demande des informations sur « L’affaire K » ou l’opération « Oiseau Bleu » car un des protagonistes, Achiche Tahar, est originaire du village d’Aït Salah. À la recherche de documents, je parcours Historia Magazine et découvre l’article de Pierre Hentic.

Imprégné du témoignage de Jean, je fais tout naturellement le rapprochement entre le contenu de « Parcelles d’oubli » et l’article du capitaine Pierre Hentic. Ce dernier après avoir été momentanément l’interlocuteur des combattants kabyles, a eu confirmation de leur double jeu après l’embuscade de Timerzouguene dont ont été victimes les camarades de Jean.

Cette révélation est un choc pour Jean. L’affaire K éclaire d’un jour nouveau ce qu’il a vécu il y a cinquante cinq ans. Il décide de faire connaître à son tour cette découverte à ses anciens camarades de combat.C’est ainsi naît la conférence qu’il va donner dans

JPEG - 63.7 ko
L’église de Chapeiry, un soir d’automne.

l’église de Chapeiry le 29 octobre 2011 et à laquelle je vais assister par une soirée d’automne ouatée au cadre irréel.

La réputation de Jean pour son travail de mémoire n’étant plus à faire, l’église du village s’avère exiguë pour recevoir les notables locaux, les anciens camarades de Jean, (parmi eux le père Paul Dupont curé de la paroisse du Semnoz), les anciens d’AFN ou ceux qui s’intéressent à l’histoire.

Cette soirée exceptionnelle a été pour moi l’occasion stimulante d’effectuer de nouvelles recherches, de les réunir et d’en faire une compilation. Celle-ci à plus de cinquante ans de distance devrait permettre d’éclairer certaines zones d’ombre et fournir des indications complémentaires à ceux qui sont assoiffés de connaissances sur l’Algérie du temps de la France et sur la place et le rôle de la Grande Kabylie dans la lutte pour l’indépendance.

Pour lire le document, cliquer sur la photo vignette.

PDF - 1.1 Mo
Affaire K de Timerzouguène à Chapeiry
Une compilation de témoignages dont celui de Jean Servier qui a publié dès 1958 et de Pierre Hentic.

Pour une analyse à caractère "systémique" de cette affaire, le lecteur se doit de lire l’étude réalisée par l’ethnologue Camille Lacoste-Dujardin qui a rencontré des protagonistes algériens de l’affaire
- soit en allant sur le site http://www.persee.fr/web/revues/hom...
- soit en cliquant sur le vignette ci-dessous. Le contenu provient du site en référence.

PDF - 2.7 Mo
Opération « Oiseau bleu », 1956. Géostratégie et ethnopolitique
Camille Lacoste-Dujardin

Camille Lacoste - Dujardin

JPEG - 11.4 ko
Madame Camille Lacoste-Dujardin

Anthropologue, ethnologue, spécialiste du monde berbère Camille Lacoste-Dujardin est directrice de recherche émérite au CNRS. Familière de la langue berbère, elle a notamment traduit et étudié plus de sept cents pages de contes kabyles. Elle est l’épouse du géographe Yves Lacoste. Elle a publié, aux éditions La Découverte : Le conte kabyle. Etude ethnologique (nouv. éd., 4003) ; Dialogue de femmes en ethnologie (nouv. éd., 4004) ; Des mères contre les femmes. Maternité et patriarcat au Maghreb (nouv. éd. 1996) ; Opération oiseau bleu. Des Kabyles, des ethnologues et la guerre d’Algérie (1997) et, en collaboration avec Yves Lacoste, Maghreb, peuples et civilisations (2004).


JPEG - 4.5 ko
Le Général Maurice Faivre

Consulter également sur le site Etudes coloniales de Jacques Fremeaux, la mise au point intitulée : Le montage de l’affaire K, dite Oiseau Bleu par le Général Maurice FAIVRE. Celui-ci a largement contribué à éclairer les dessous de cette affaire.

http://etudescoloniales.canalblog.c...

Répondre à cet article


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP