Miages-Djebels

Accueil du site > Actualités ou Réflexions sur l’actualité. > « Le désir d’union ne doit pas nous empêcher d’affronter la réalité (...)

« Le désir d’union ne doit pas nous empêcher d’affronter la réalité »

samedi 17 janvier 2015, par Alexandre DEVECCHIO, Jean Pierre LEGOFF

FIGAROVOX/GRAND ENTRETIEN - Le sociologue se réjouit de la marche organisée ce dimanche en hommage aux victimes du terrorisme. Il rappelle néanmoins qu’il ne s’agit pas seulement de manifester une compassion, mais aussi d’affirmer avec force ce à quoi nous tenons dans notre héritage politique et culturel.

Jean-Pierre Le Goff, né en 1949, est philosophe de formation, écrivain et sociologue au CNRS. Ses ouvrages portent, sur les évolutions problématiques de la société françaises, notamment les paradoxes de Mai 68 et le gauchisme culturel. Son dernier livre La Fin du village. Une histoire française est paru chez Gallimard en 2012.

PROPOS RECUEILLIS PAR ALEXANDRE DEVECCHIO @AlexDevecchio


JPEG - 91.8 ko
FIGAROVOX/GRAND ENTRETIEN -
Le sociologue se réjouit de la marche organisée ce dimanche en hommage aux victimes du terrorisme. Il rappelle néanmoins qu’il ne s’agit pas seulement de manifester une compassion, mais aussi d’affirmer avec force ce à quoi nous tenons dans notre héritage politique et culturel.

FIGAROVOX : Après le massacre de Charlie Hebdo une marche citoyenne est organisée ce dimanche. Que vous inspire celle-ci ? Que révèle-t-elle de notre société ?

Jean-Pierre Le Goff : Le mouvement d’indignation et de solidarité qui s’est élevé dans tout le pays contre la barbarie du terrorisme islamiste fait chaud au cœur. C’est un fort sentiment patriotique et d’attachement aux valeurs républicaines qui s’exprime avec force, avec l’appui fraternel des autres pays européens, des États-Unis et de tous les peuples du monde attachés aux valeurs démocratiques. Telle est la première leçon essentielle qu’il s’agit de retenir. Elle nous réconforte. Mais l’émotion, l’indignation et l’indispensable unité nationale ne doivent pas nous empêcher de réfléchir et de commencer à tirer les leçons de l’épreuve que nous traversons.

Avec ces meurtres terroristes de sang froid, c’est toute une mentalité pacifiste et angélique, présente en France et dans nombre de pays européens depuis plus de trente ans, qui vole en éclats. Il n’en résulte pas nécessairement une claire compréhension de ce qui nous arrive et de ce à quoi nous avons affaire. La vision de la souffrance et de la mort, relayée et diffusée en continu à la télévision, nous confronte soudainement à l’horreur, déstabilise les repères du sens commun. Tels sont du reste les buts visés par ces criminels qui jouent sur la terreur et ses effets de sidération. Devant la barbarie, l’émotion et l’indignation risquent de tout emporter.

Les effort de compréhension et de résistance semblent un moment suspendus : comment cela a-t-il été possible ? Comment peut-on en arriver à commettre de tels actes barbares ?

Un tel type de posture et de réaction première s’apparente à un aveuglement, à un refus de se confronter à une mentalité fanatique qui désarçonne nos références morales et nos cadres de pensée. Ce discours de l’excuse a assez duré.

Le terrorisme cherche à créer un sentiment d’impuissance devant une menace diffuse qui semble pouvoir surgir à tout instant. Il installe ainsi un climat permanent d’angoisse et d’insécurité dans la population. Le terrorisme islamiste s’accompagne d’un discours de haine contre l’Occident, contre « les juifs et les croisés » et tous les représentants de Satan. Pour des citoyens vivant dans un pays démocratique moderne qui a pu se croire à l’abri des désordres du monde, ce vocabulaire paraît fou et d’un autre âge, accentuant un peu plus le caractère incompréhensible des crimes commis.

Un sociologisme réducteur qui a longtemps prévalu - et a encore des restes - est censé apporter une explication. Il considère que les discours de haine et les actes criminels ne sont que les symptômes des conditions économiques et sociales, des discriminations, de la domination des pays riches sur les pays pauvres… L’illusion consiste alors à penser que la lutte contre le terrorisme peut se limiter à « assécher son terreau » en s’attaquant aux conditions économiques, sociales, politiques… qui le rendent possible. C’est comme si, nous retrouvant face à un meurtrier bien décidé à nous tuer et qui nous le fait savoir, notre premier réflexe serait de ne pas le prendre tout à fait au sérieux, l’important en l’affaire étant avant tout de connaître les causes « objectives » (et non « idéologiques ») qui le poussent à vouloir nous supprimer.

Pour lire la suite aller à

http://www.lefigaro.fr/vox/societe/...


Voir également le site de Jean Pierre Le Goff

La politique autrement

http://www.politique-autrement.org/

Qui sommes-nous ?

Créé en 1986, Politique Autrement est un club de réflexion sur les conditions d’un renouveau de la démocratie dans les sociétés développées. C’est un lieu d’élaboration, de formation et de débat démocratique qui ne travaille pour aucun parti ni aucun groupe politique. C’est avec un esprit de recherche - et les conditions de liberté qu’il implique - qu’il entend étudier ces questions. Cette réflexion est ouverte à tous ceux qui ressentent le besoin de réfléchir sur le sens de leur action et leur rôle dans la cité. Présidé par Jean-Pierre Le Goff, le club rassemble des personnes venues d’horizons différents, au-delà des clivages partisans.

Dans l’actualité...

« La plupart d’entre nous persistent à croire que tous les choix, et même les choix politiques, se font entre le bien et le mal, et que du moment qu’une chose est nécessaire, elle doit aussi être bonne. Il nous faudrait, je pense, dépouiller cette croyance qui relève du jardin d’enfants. En politique, on ne peut jamais opter que pour un moindre mal. » George ORWELL

« Il n’y a pas de fatalité à ce que les citoyens modernes n’aient à choisir qu’entre vaquer à leurs affaires et militer pour des idées folles. » François FURET

Dans l’actualité

  • Jean-Pierre Le Goff : "Le désir d’union ne doit pas nous empêcher d’affronter la réalité", Figaro Vox, 10 janvier 2015
  • Quelle influence de l’islamisme dans notre pays ? Pour lire cette Lettre de Politique Autrement, cliquer ici.
  • "Face à l’État islamique" (dossier, septembre - octobre 2014) Cliquer ici pour accéder au dossier
  • Christophe Guilluy : "Territoires oubliés et fractures sociales" Cliquer ici pour regarder les vidéos et lire les articles
  • La crise de la gauche vue par Laurent Bouvet et Jean-Pierre Le Goff Cliquer ici pour regarder la vidéo et lire l’article
  • "Laïcité et intégration", Malika Sorel, journal Marianne, Paul Thibaud Cliquer ici pour lire les articles
  • "Air du temps et idéologies", J.P. Le Goff, A. Finkielkraut, M. Gauchet, P. Thibaud, E. Conan Cliquer ici pour lire les articles et écouter les interventions
  • Sylvain Crépon : "Le Front National a-t-il vraiment changé ?" Cliquer ici pour voir les vidéos et lire la lettre de Politique Autrement
  • Pour mieux comprendre les événements en Ukraine, (dossier) Cliquer ici pour accéder au dossier

Répondre à cet article


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP