Miages-Djebels

Accueil du site > Les S.A.S. et les Services "Médico-éducatifs" de l’Armée. > LA SAS El Biod

LA SAS El Biod

mercredi 11 mars 2020, par Jacqueline Béraud

Témoignage publié dans La Charte N° 1 janvier - février - mars 2020, écrit par de Jacqueline Béraud, épouse d’Antoine Béraud qui créa la SAS d’El Biod en novembre 1958.


JPEG - 88.2 ko
La Charte 2020 N° 1

La SAS El Biod

En 1958, mon mari Antoine Béraud était sous-lieutenant au 1er Régiment de Spahis Marocains et avait choisi de rejoindre les SAS. Il créa, en novembre 1958, la SAS d’El Biod dans le sud Oranais. Il fut chargé du regroupement des nomades de la région : plus de 1 200 familles, autant de khaïmas appartenant à trois tribus différentes : les Ouleds Srous, les Raïzaînas et les Cheragas.

Au total 10 000 personnes, un point d’eau important et une petite gare désaffectée dans laquelle s’était installée une section d’un Régiment d’Infanterie de Marine (la Coloniale).

Dans le domaine administratif, il organisa la mise en place et la tenue à jour d’un état-civil, qui n’avait jamais existé, sinon dans les tablettes des Cadis. Également, il initia un recensement du cheptel (moutons, chèvres et dromadaires) afin d’établir la liste des propriétaires imposables, mais surtout pour délivrer à bon escient des autorisations de pâturages aux bergers, qui gardaient les troupeaux dans les zones sous contrôle.

JPEG - 87.1 ko
Un mariage à El Biod

II créa une station de pompage avec l’aide du service hydraulique de Sidi-Bel-Abbès. Il assura aussi un marché hebdomadaire et assura sa surveillance. Quand en 1960, la commune d’EI Biod fut créée, il lui fallut organiser des élections, établir les budgets de fonctionnement et recruter le personnel. Deux mois après cette mise en place, tous les conseillers municipaux avaient disparu, enlevés, assassinés ou partis volontairement. Mon mari fut alors désigné maire par délégation. Il y est resté deux ans, ce qui lui a permis de célébrer plus de cinquante mariages en référence au code civil de la Nation.

Un autre souvenir, qui reste pour lui inoubliable, fut l’organisation et l’accompagnement à deux reprises d’une caravane de dromadaires, chevaux et ânes, soit au total plus de 180 bêtes de somme, dans le but de récupérer les céréales stockées dans les matmoras (sorte de silo) en plein coeur des zones interdites, à plus de 40 kilomètres du regroupement, abandonnées sur place dans la précipitation du déménagement. Ce ne fut pas chose facile d’obtenir l’accord des autorités militaires, car beaucoup de risques furent pris à cette occasion.

JPEG - 32 ko
La route nationale d’EI Biod vers Mecheria.

Dans le domaine de la santé, après avoir construit et aménagé sommairement un local baptisé « dispensaire », il lui a fallu programmer les soins, obtenir de l’autorité militaire la mise à disposition d’un médecin qui consultait tous les matins et d’un infirmier appelé du contingent, auquel se joignit très vite une infirmière, aide-soignante, secouriste de la Croix-Rouge qu’il fit venir de métropole et qui accomplit pendant plus de trois ans un travail remarquable. Toutes les consultations, les soins et les médicaments étaient gratuits. Chaque jour, une vingtaine de malades se pressaient devant le dispensaire. Belle réussite malgré les ordres de boycott qui se manifestaient par intermittence.

Dans le domaine de la lutte contre l’analphabétisme, l’armée laissa à sa disposition dans les deux premières années, cinq voire six instituteurs, appelés du contingent, qui, le jour, faisaient la classe sous la guitoune, leurs élèves assis par terre, l’ardoise sur leurs genoux, et qui, la nuit, assuraient la protection rapprochée de la SAS. Ils faisaient office de caporaux et relevaient les sentinelles, ce qui était pour nous un gage supplémentaire de sécurité.

Pour assurer l’approvisionnement de ces classes, je me souviens qu’il fallait parcourir 120 kilomètres à l’aller autant au retour pour se rendre à Saïda et acheter petit matériel et fournitures diverses.

Dans un second temps, quand furent construits les deux groupes scolaires en dur, comprenant chacun un logement pour un couple et trois classes aménagées, des instituteurs, relevant directement de l’Éducation nationale, y furent nommés. En 1962 à son départ, quatre classes étaient ouvertes avec quatre instituteurs professionnels et plus de cent élèves régulièrement scolarisés. C’était peu pour 10 000 âmes et cependant beaucoup, compte tenu du lieu et des circonstances. Là également, quelques boycotts passagers qui ne duraient jamais bien longtemps.

Bientôt à El Biod, la SAS se trouva totalement isolée, les militaires de la Coloniale nous avaient quittés pour renforcer les troupes qui se battaient en ville, car les lieux de combat s’étaient déplacés. C’était dans les villes et non plus dans les djebels que s’affrontaient l’armée, l’OAS, les barbouzes « genre de milices pro-gouvernementales » et les fellaghas.

JPEG - 76.6 ko
Le regroupement des tentes, vu d’en haut.

Des ordres contradictoires commencèrent à parvenir de partout, même des notes de l’état-major frappées du sceau de l’OAS demandant de tout détruire, tout brûler avant de partir, alors que d’autres, au contraire, directement envoyées par le Gouvernement Général, expliquaient que toutes les mesures préventives avaient été prises, que toutes les garanties étaient données par les Accords d’Évian et qu’allait débuter le lendemain une coopération nouvelle et durable avec l’Algérie. Bref, qu’il fallait avoir confiance alors que l’on se rendait compte que ces accords étaient complètement bidons. Ils ne furent d’ailleurs jamais respectés. C’était la grande pagaille !

JPEG - 76.4 ko
Le regroupement des tentes, vu d’en bas

Un jour, mon mari a même reçu l’ordre de désarmer ses moghaznis. Tout danger soi-disant écarté, la garde de nuit devait être assurée par des sentinelles armées de... sifflets ! La Légion étrangère refusa de nous désarmer, et mon mari remit lui-même, juste avant son départ, les armes au service du matériel.

À la mi-juin 1962, il décida en toute hâte de me ramener en métropole avec notre fils, car l’environnement devenait trop dangereux. Le commandant d’un Breguet Deux Ponts, énorme avion de transport réservé aux parachutages, en partance de Méchéria pour Oran, accepta au tout dernier moment - bien que cela lui fut interdit - de nous ramener dans cette ville.

Dès le lendemain, un avion d’Air France nous déposait à Marseille. Cela aurait pu être Bordeaux ou Strasbourg, c’était le seul avion à décoller ce jour-là vers la métropole. À l’aéroport d’Oran, l’exode des Pieds-Noirs était déjà bien amorcé. Des centaines, des milliers de femmes, d’enfants, de pauvres gens attendaient sous le soleil, dans la chaleur, depuis des jours voire des semaines, un hypothétique avion qui ne venait jamais. C’était le Kosovo avant l’heure.

JPEG - 133.8 ko
Dans l’attente d’être reçus pour régler les « chicayas ».

Il faut l’avoir vu pour le croire, quelles détresses, quelles misères, le dénuement le plus total, rien n’avait été prévu pour faciliter leur rapatriement, même au contraire, alors que pour un certain nombre d’entre eux, c’était la valise ou le cercueil ! Après nous avoir déposés dans la famille, mon mari retourna aussitôt à Oran puis à Saïda. Il ne put aller plus loin. Sur place, tout était désorganisé, les bureaux des Affaires algériennes de Saïda étaient vides, ils avaient été pillés et le personnel s’était enfui. Il y perdit ses deux cantines remplies d’affaires personnelles. Quelques véhicules militaires circulaient encore mais devaient, comme tous les autres, obtempérer aux contrôles routiers mis en place par nos ennemis de la veille. Quelle humiliation !

Il réussit à remonter sur Oran. Le port de la ville brûlait. Il a brûlé des jours et des nuits avec des flammes de cinquante mètres de hauteur, répandant une odeur acre dans toute la ville. L’OAS vraisemblablement y avait mis le feu. Ça mitraillait de partout ! L’OAS abattait systématiquement tout indigène qui s’aventurait dans son périmètre et les Algériens en faisaient tout autant pour les Européens qui pénétraient dans leurs quartiers retranchés. Les CRS tiraient sur l’OAS, l’OAS sur l’armée, l’armée sur les fellaghas, partout des coups de feu, des cris et des poursuites dans les rues.

Il réussit malgré cela à prendre le train pour Alger le 2 juillet 1962, la veille de la Proclamation de l’Indépendance ! Il y resta bloqué huit jours dans un petit hôtel de Bab-el-Oued sans pouvoir en sortir, partout des cris, des explosions, des défilés, des coups de feu en l’air et les you-yous des femmes. Pendant ce temps-là, dans l’ombre, combien de règlements de compte, de tueries, de massacres et de tortures inimaginables ? L’armée française restait consignée dans ses casernes. Tout cela alors que quatre ans plus tôt, presque jour pour jour, il avait connu une véritable allégresse, celle de l’espérance, d’une paix prochaine qui malheureusement fut vite déçue.

Sur les quatre années passées par mon époux à la création et à la direction de la SAS, je n’ai passé que deux ans. Nous nous sommes mariés en septembre 1960 et je n’ai pu le rejoindre qu’en novembre ayant à terminer mes examens à la faculté de pharmacie de Paris, examens appelés alors définitifs.

Je me souviens de mon étonnement après avoir passé Saïda venant d’Oran. Une route goudronnée entourée de sable, de sable interminable avec le djebel Antar, puis le chott El Chergui et toujours du sable et rien d’autre. Puis, enfin... El Biod. Notre habitation était précaire, une chambre, une salle d’eau et une cuisine, cela situé près du bureau de mon époux, tout cela était appelé en terme militaire baraque Fillod.

L’été la température variait de 42 à 44 degrés à l’intérieur. Nous dormions avec un PM chaîné à notre lit. Notre premier fils, Stéphane, étant attendu pour octobre, je suis rentrée fin juin en France, puis je suis revenue à El Biod en novembre 1961.

Je me rendais de temps en temps au dispensaire et cela créa un lien amical avec notre infirmière Mado. Celle-ci avait des relations amicales dans le douar et m’emmenait prendre le thé à la menthe. Quelle ne fut pas ma surprise la première fois de trouver un grand poil de chameau dans mon breuvage ! En effet, l’eau était conservée dans une outre en peau de chameau.

Deux petites filles du douar venaient me voir, je leur ai appris à se laver les mains. Malheureusement, à leur contact j’ai attrapé des poux. Grâce à l’aide de Mado et du DDT de l’époque, je m’en suis débarrassée. J’allais aussi au groupe scolaire où je retrouvais mes deux petites filles du douar. Dans cette période mouvementée, je tiens à rendre hommage à la Légion étrangère qui venait deux nuits par semaine (sans savoir les jours) avec deux EBR pour nous protéger des fellagas.

Le drame de mon époux était que sur la cinquantaine de moghaznis et de collaborateurs indigènes de la SAS, seule une dizaine a réussi à rejoindre la France grâce à la Légion étrangère.

Jacqueline Béraud

Répondre à cet article

2 Messages de forum

  • LA SAS El Biod 14 mars 11:32, par BASSO Jean Claude

    Votre article sur la SAS d’EL BIOD m’interroge ; je voudrais savoir quelle unité de Légion Etrangère vous a aidée. J’ai servi 39 années dans ses unités. Merci de me répondre.

    Répondre à ce message

    • LA SAS El Biod 22 mars 17:23, par Claude

      Bonjour Jean Claude

      Pour avoir participé à des opérations du côté de Mécheria en 1958, je pense que c’était le 2e REI qui était basé à Ain Sefra à l’époque. Il était à l’occasion épaulé par un détachement du 2e REC. Cordialement

      Répondre à ce message


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP