Miages-Djebels

Accueil du site > Au nom de la Francophonie > Un jeune enseignant français en Grande Kabylie 1958-1973. (2e (...) > Un jeune enseignant français en Grande Kabylie 1958-1973. (2e (...) > Poster un message

Poster un message

En réponse à :

  • Un jeune enseignant français en Grande Kabylie 1958-1973. (2e partie).

    9 septembre 2011 10:28
    Mr l’inconnu. Puisque vous êtes français, rappelez-vous que vous écrivez dans le cadre de la Francophonie et que les plaies que la France a laissées béantes avec le système colonial ont besoin d’onguent et non de poil à gratter.( Forme et fond). Merci malgré tout d’avoir mis en avant le cas de Mohand Tazerout, qui a dû s’exiler à la suite d’un différend avec sa hiérarchie. Cette mésentente a sans doute scellé sa carrière d’écrivain philosophe qui mériterait d’être mieux connue : Mohand Tazerout a sans doute réalisé la quintessence de différentes civilisations. Ce natif d’Azazga peut sans nul doute être une (...)

Un message, un commentaire ?
  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

Qui êtes-vous ? (optionnel)


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP