Miages-Djebels

Accueil du site > Au nom de la Francophonie > Un jeune enseignant français en Grande Kabylie 1958-1973. (2e (...) > Un jeune enseignant français en Grande Kabylie 1958-1973. (2e (...) > Poster un message

Poster un message

En réponse à :

  • Un jeune enseignant français en Grande Kabylie 1958-1973. (2e partie).

    9 septembre 2011 12:30
    Cher Monsieur Claude, Merci d’avoir rendu hommage et justice à Mohand TAZEROUT, un intellectuel capable d’appréhender et de scruter en même temps l’essence de plusieurs cultures. En tant que Français, nous devons reconnaître la dette intellectuelle que nous avons à son égard. Mais vous avez raison, votre site recherche la compréhension entre anciens adversaires, et je dois m’effacer. Même si je voulais simplement dire que la colonisation ne constitue qu’un stade particulier d’une culture donnée : durant les Croisades, il n’y avait pas de racisme entre Princes Arabes et chevaliers francs, juste un peu (...)

Un message, un commentaire ?
  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

Qui êtes-vous ? (optionnel)


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP