Miages-Djebels

Accueil du site > Les Français d’Algérie en France > Allons enfants de harkis

Allons enfants de harkis

mardi 15 février 2011, par Philippe Broussard

Abdelkader Haroune, commissaire de police, a créé récemment une association nationale pour ces fils et filles d’une histoire déchirée. Un parcours atypique.

Longtemps, il a gardé le silence. En famille, devant les amis, le sujet était tabou. Il fallait taire ce conflit fratricide, ne rien dire, ne rien faire qui ravive les douleurs de 1962 ; l’Algérie, la guerre, le départ.


Abdelkader Haroune, 45 ans, sentait bien que son père, patriarche à l’ancienne, souffrait de ce déchirement. Le mot lui-même était, banni du discours familial : non, ils n’étaient pas des « harkis » ou des « enfants de harkis », mais des citoyens français à part entière, des naufragés de l’Histoire arrimés à leur choix d’autrefois, contre l’indépendance de l’Algérie.

JPEG - 17.3 ko
Abdekader Haroune, Commissaire de police

Près de cinquante ans se sont écoulés. Abdelkader Haroune est devenu commissaire de police, chef d’état-major de la sécurité publique du Pas-de-Calais. Comme ses huit frères et sœurs, il a grandi avec cette douleur mémorielle, mais .l’a surmontée pour créer, fin 2010, l’Association nationale des enfants de harkis ( Aneh).

À ses côtés, des policiers, des magistrats, des .fonctionnaires, sans distinction de rang ou d’opinion, soucieux de rappeler leur parcours. Si l’initiative est soutenue par des personnalités, dont l’ex-ministre RPR Jacques Godfrain, Abdelkader Haroune se méfie de toute récupération, et s’étonne de la gêne de certains politiques face à ce sujet.

« L’idée n’est pas de remuer le passé, dit-il, mais de mettre en valeur notre intégration. Quand nos parents sont arrivés ici, c’était l’an zéro, la pauvreté extrême. Ils se sont sacrifiés pour nous. Notre but est de leur rendre hommage et de montrer que l’on petit s’en sortir à force de volonté. Nous voulons transmettre cette histoire et ce qu’elle a .de positif, y compris pour les jeunes issus de l’immigration. Nous ne, réclamons pas d’argent, juste une forme de reconnaissance de la République. »

Son père choisit la France, et son oncle, le FLN

À chacun son destin, au sein de l’association. Mais celui du commissaire renvoie à un village de Kabylie, à l’époque où son père choisit la France, et son oncle, le FLN. L’indépendance, en 1962, sonne l’exode des vaincus. Comme des dizaines de milliers d’autres personnes, les époux Haroune et leurs enfants, débarquent à Marseille. Vient le temps de la précarité, des jours de froid et de faim doublés d’une errance identitaire : les voici « harkis », traîtres pour les uns, parias,pour les autres, coincés dans cet « entre-deux » humiliant, mais toujours français. .

En l964, ils filent plein nord, à Tourcoing. Le père puis les aînés seront ouvriers chez la Redoute. « C’est grâce à eux, insiste le commissaire, que nous avons pu étudier. » Un à un, les enfants tracent leur voie : Moussa, gendarme ; Saïd, commandant de police ; Maxime, capitaine de CRS ; Ali, vice-président de la cour d’appel de Douai… Et le commissaire, donc, vite repéré par sa hiérarchie. Les insultes taguées sur les murs de Roubaix quand il dirige le commissariat local ne l’empêchent pas de s’imposer.

En 2006, il découvre l’Algérie en animant un stage pour les policiers locaux. « A leurs côtés, j’ai vécu:des moments très forts, se souvient-il. Eux, les fils de fellaghas, m’ont adopté de suite. J’ai assisté à des mariages, a des repas de famille : L’un d’eux a même pris le risque de m’emmener, en civil, dans le village paternel, au cœur d’une zone dangereuse. Mon père, qui n’a pas remis les pieds là-bas, m’a engueulé en l’apprenant, mais je crois qu’au fond il était heureux. Jamais je n’oublierai cette visite. Ma vision du peuple algérien a changé. ».

Au village, il rencontre son oncle, l’homme de là rupture de 1962. Ensemble, ils vont sur lés tombes des anciens. Quand un vieillard demande qui donc est cet inconnu, l’oncle lui lance : « C’est un jeune qui a de l’argent, mais auquel il manque l’essentiel : ses racines. »

Philippe Broussard

Publié dans l’Express 90/26 Janvier 2011/ WWW.LEXPRESS.FR

Répondre à cet article

4 Messages de forum


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP