Miages-Djebels

Accueil du site > Le livre > Se procurer le livre ou le lire à partir du site

Se procurer le livre ou le lire à partir du site

samedi 19 avril 2008, par Claude GRANDJACQUES

Le livre n’est plus disponible

Il peut être consulté en ligne où il est disponible au format pdf

Voir ci-dessous


Vous pouvez aussi télécharger le livre complet au format PDF en cliquant sur la vignette ci-dessous.

PDF - 5.9 Mo
Des Miages aux djebels. Notre guerre d’Algérie.
Alain, André, Bernard et Claude. 1956-1962. Un livre édité par Miages-djebels au profit des handicapés.

L’Algérie depuis les Miages et les djebels

Article ajouté le 3 décembre 2014

Pour lire l’article "L’Algérie depuis les Miages et les djebels" au format pdf, cliquer sur la vignette ci-dessous

PDF - 232.5 ko
L’Algérie depuis les Miages et les djebels
La vue depuis les Miages et les djebels change les regards

Si la réconciliation franco-allemande est maintenant ancrée dans les coeurs, pourquoi n’en va-t-il pas de même avec l’Algérie ? En effet les Algériens n’ont jamais été nos ennemis ; ils ont combattu vaillamment à nos côtés ; par dizaines de milliers, notamment en 14-18, en 39-45, ils ont versé leur sang pour la France. Ils faisaient partie de la famille française.

Alors, pourquoi certains d’entre eux, il y a soixante ans, ont-ils pris les armes le 1er novembre 1954 ?

Après avoir été en 1958 chef d’une section opérationnelle de Légionnaires puis, en 1960, chef de SAS (Section Administrative Spécialisée) à Bouzeguène, à ce titre en charge de la population de deux communes de Grande Kabylie, Claude Grandjacques dont le frère cadet est mort pour la France en Algérie, publie en 2006 « Des Miages aux djebels. Notre guerre d’Algérie. Alain, André, Bernard et Claude. 1956-1962 ».

JPEG - 76.4 ko
Des Miages aux djebels.
Notre guerre d’Algérie. Alain, André, Bernard et Claude.1956-1962.

« Un travail de mémoire empreint de passion vive pour la terre de Kabylie, riche d’amitiés intactes pour ses compagnons d’armes, pétri d’amour profond pour un frère toujours présent »..., « des matériaux solides, crédibles, aptes à faire comprendre aux générations… ce qu’a été la guerre d’Algérie, pour des centaines de milliers de jeunes Français de 1954 à 1962 ».

L’auteur par la suite, fonde l’association Miages-djebels et la dote d’un site Internet (http://www.miages-djebels.org/) et d’un forum, lieu de rencontres où s’expriment Algériens et Français.

Répondre à cet article

2 Messages de forum

  • Se procurer le livre 19 septembre 2010 21:07, par anebdad

    Ayant déjà envoyé deux messages a votre site sous le pseudonyme ANEBDAD qui m’a eté donné par vous CLAUDE.J’ai parcouru votre livre en attendant de le relire,beaucoup de passages m’ont ému .j’ai appris aussi des choses qui se sont deroulées au environ de la vallée de la Soummam.Pardon aux victimes (du coté francais, n’ayant pas fait la guerre de leur propre gré et exempt de tout crime) et sans savoir la cause et hommage aux victimes algeriennes qui n’ont fait que défendre leur patrie et leur dignité.

    Répondre à ce message

  • Se procurer le livre ou le lire à partir du site 8 juin 2012 21:27, par raymond

    Cher Claude

    Je viens de relire « Des Miages aux djebels ». Un grand merci pur ce témoignage qui touche en profondeur ; musique plaintive dont les notes s’envolent vers le ciel bleu des grands espaces que nous aimions tant.

    Cette seconde lecture je l’ai faite à l’hôpital de St julien, où je suis en réadaptation cardiaque jusqu’à la fin du mois à la suite d’une opération faite à Annecy (deux pontages et deux stents).

    Le chirurgien m’a assuré que je pourrai reprendre le ski de rendo à la saison prochaine…

    Temps béni pour faire le point ; ton livre m’y a aidé ; la période évoquée fait partie de notre mémoire même si je n’ai pas, évidemment, comme toi connu des situations extrêmes.

    Mais il reste l’humiliation de n’avoir rien compris à ce qui se passait (je parle pour moi) et rend méfiant envers les idéologies.

    Je ne vois pas d’autres issue pour sortir de cette culpabilité que celle qu’on devine dans l’épilogue de ton livre : aimer !

    Raymond

    Répondre à ce message


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP