Miages-Djebels

Accueil du site > Actualités ou Réflexions sur l’actualité. > La question d’Emmanuel Faber  : « Qui est votre frère  ? »

La question d’Emmanuel Faber  : « Qui est votre frère  ? »

dimanche 24 juillet 2016, par Emmanuel FABER

Chacun doit réfléchir à la question posée par Emmanuel Faber.

A écouter et à méditer pour agir concrètement.

Le directeur général du groupe Danone, l’une des entreprises françaises les plus connues au monde, a livré un discours détonnant, et particulièrement émouvant, à l’occasion de la remise des diplômes aux élèves d’HEC, le 10 juin.


Article paru dans La Croix. http://www.la-croix.com/Economie/La...

Lui-même ancien élève de la célèbre école de commerce, il a choisi de commencer son témoignage par l’histoire d’un homme atteint de schizophrénie, et dont la maladie et les séjours en hôpital psychiatrique ont rythmé la vie et la sienne. Ce partisan d’un capitalisme à visage humain raconte alors comment la relation nouée avec ce jeune homme, son frère, l’a nourrie et lui a apporté. Il évoque la possibilité d’« être heureux avec peu », « la beauté du langage des fous », la découverte cette « normalité (qui) enferme beaucoup ».

Puis, Emmanuel Faber transpose ces leçons de vie au monde du travail, au capitalisme. « L’enjeu de la globalisation, c’est la justice sociale. Sans justice sociale, il n’y aura plus d’économie », affirme-t-il.

La deuxième partie de ce discours lumineux est en anglais. La Croix vous en propose la traduction ci-dessous, ainsi que la vidéo.

« Pourquoi est-ce que je vous dis tout cela  ? Parce qu’aujourd’hui vous êtes diplômés, vous vous tournez vers l’avenir. Je voudrais féliciter chacun d’entre vous. Vous avez désormais un outil très puissant dans vos mains. La question est  : qu’allez vous en faire  ? Pourquoi voulez-vous vous spécialiser en finance, en marketing, devenir avocat, entrepreneur social ou chef d’entreprise   ? Comment allez-vous prendre vos décisions dans ces domaines  ?

J’en suis convaincu, après 25 ans d’expérience, que cette main invisible dont on vous a parlé n’existe pas. Et s’il y en a une, elle est encore plus handicapée que mon frère. Elle est brisée. En somme, nous avons seulement vos mains – mes mains –, toutes nos mains, pour changer les choses et les rendre meilleures. Et vous avez beaucoup à faire pour cela. Vous allez devoir surmonter les trois principales épreuves qui arrivent facilement avec le statut que vous avez obtenu par votre diplôme, mes amis  : la puissance, l’argent et la gloire.

Oubliez la gloire, c’est une course qui n’en finit jamais et qui ne mène nulle part. La liste de toutes les personnes renommées existe juste pour qu’elles regardent leur propre nom. Elles ne s’intéressent pas à ceux des autres.

L’argent  : j’ai rencontré tant de personnes, quand j’étais banquier d’investissement dans la finance, quand j’ai voyagé dans le monde – j’en rencontre encore – qui sont prisonniers de l’argent qu’ils ont gagné. Ne devenez jamais esclaves de l’argent. Restez libres  ! Peu importe la raison pour laquelle vous gagnez de l’argent, peu importe ce que vous en faites, restez libres  !

Et la puissance  : je pense que vous pouvez regarder autour de vous, il y a tant de personnes qui sont puissantes et qui ne font rien, juste pour garder cette puissance, pour qu’elle dure un jour encore. La puissance n’a de sens que dans le service rendu aux autres. Et c’est ce service qui vous fera devenir qui vous êtes en vérité. Le meilleur de vous-même, dont vous n’avez même pas conscience.

J’ai donc une question à vous poser, avec laquelle je vous laisserai, chacun d’entre vous  : qui est votre frère  ? Qui est ce petit frère, cette petite sœur, qui habite en vous et qui vous connaît mieux que vous-même et qui vous aime plus que vous ne vous aimez vous-même  ? C’est cette petite voix, qui parle de vous étant plus grand encore que vous ne pensez l’être.

Qui sont-elles  ? Elles vous apporteront cette voix, cette musique interne, cette mélodie qui est véritablement la vôtre. Votre mélodie transformera la symphonie du monde qui vous entoure, qu’elle soit grande ou petite, elle le changera  ! Le monde en a besoin et vous méritez cela. Trouvez votre frère, trouvez votre petite sœur et quand vous les rencontrerez dites-leur bonjour de ma part, nous sommes amis  ! Portez-vous bien. »

Emmanuel Faber


La vidéo, mise en ligne par Danone, a déjà fait plus de 200.000 vues sur Youtube. On y découvre le discours d’Emmanuel Faber, patron du groupe français, adressé aux tout nouveaux diplômés d’HEC. Une prise de parole détonante d’un patron du CAC 40 qui ne l’est pas moins. Il y évoque sa relation avec un frère malade et la façon dont ce lien a changé sa vision du monde. « Sans justice sociale, il n’y aura plus d’économie » estime-t-il. Capital avait, il y a peu, levé le voile sur les petits secrets de ce patron atypique de 52 ans, père de trois enfants et pur produit de la maison Danone. Emmanuel Faber - Cérémonie Remise Diplômes HEC - Juin 2016 ... Vidéo pour "emmanuel faber"▶ 9:02 https://www.youtube.com/watch?v=x4r...


http://ombresetlumiere.fr/article/p...

"Très loin des grandes affaires du monde et des responsabilités que j’exerce, Dominique a été une force de rappel permanent à ce qu’est la vraie vie", confiait Emmanuel Faber en 2012 à propos de son frère atteint de troubles bipolaires. "Très loin des grandes affaires du monde et des responsabilités que j’exerce, Dominique a été une force de rappel permanent à ce qu’est la vraie vie", confiait Emmanuel Faber en 2012 à propos de son frère atteint de troubles bipolaires.

Pour l’amour du frère

Emmanuel Faber est directeur-général du goupe Danone. En octobre 2012, nous l’avions rencontré, entre deux réunions, pour parler de la fragilité de son frère Dominique, atteint de troubles bipolaires et décédé trois ans auparavant.

" Il ne savait jamais de quoi serait fait le lendemain. Avant de partir un soir d’été, trop tôt, pour toujours. C’était sa vie. Qui a décidé que ce ne serait pas la mienne ?" Ces phrases courtes et denses, pour parler de son frère Dominique, atteint de troubles bipolaires, mort en 2009, Emmanuel Faber les a choisies comme il pèse ses mots, dès que l’on aborde avec lui le terrain de la fragilité.

A 48 ans, vice-président de Danone, ce grand patron n’est décidément pas là où on l’attend. Complexe, sensible, voilà un poète dans le monde du business, se surprend-on à penser à certains passages de son livre Chemins de traverse (1), pour découvrir à la page suivante un redoutable négociateur… Toujours dans l’action et en même temps assoiffé d’inutilité ; présent auprès des altermondialistes alors que son président, Franck Riboud, participe au Forum de Davos, celui qui affirmait dans sa jeunesse que l’entreprise ne peut être éthique, mène aujourd’hui des projets de social business (entrepreneuriat social) avec le Prix Nobel de la Paix Muhammad Yunus. Un homme de contradictions ? "Je suis assez marqué par l’idée, présente dans les traditions spirituelles asiatiques, que nous sommes habités par des opposés, explique ce catholique atypique : le chaud et le froid, la lumière et l’ombre, et l’un n’existe pas sans l’autre, et l’un est la face de l’autre. Tout le chemin est de les amener en conscience, pour graduellement, arriver à les dépasser, et marcher vers la réunification intérieure."

Fragile équilibre, sans cesse à trouver. Comme dans la vie de Dominique, qui fut marquée par "la lutte, le combat quasi permanent contre les symptômes qui troublent la réalité et le discernement. Elle l’a conduit à des renoncements successifs pour accepter, au-delà des découragements, les incapacités grandissantes qui apparaissaient."

Une force de rappel permanent à ce qu’est la vraie vie

Ce chemin humain et spirituel, se souvient Emmanuel Faber, a mené son frère à une capacité extraordinaire d’être en relation avec tous, malgré le tourment de la maladie. "Dans la ville où nous habitons, raconte-t-il, Dominique se tenait sur la place de l’église avec sa guitare. Et sa raison d’être était de rendre service, par exemple à une dame âgée qui avait du mal à traverser avec son chariot. Sa journée commençait avec ses copains les éboueurs à 4 ou 5h du matin, parce qu’il dormait très peu, et elle se finissait à la maison de retraite où il allait jouer un morceau de guitare à 21h. Et quand je croisais des personnes dans la rue, elles me disaient : ’Ah, mais vous êtes le frère de Dominique !’" Devenu oblat de l’abbaye bénédictine de Ganagobie (Alpes de Haute-Provence), Dominique a un jour décidé de retourner vivre dans le village de leur enfance sur le haut-plateau du Champsaur (Hautes-Alpes), faire du fromage chez des amis fermiers. De là, parfois deux fois par jour, il appelait son frère, en voyage à l’autre bout du monde, simplement pour lui faire entendre le chant des sources. "Très loin des grandes affaires du monde et des responsabilités que j’exerce, Dominique a été une force de rappel permanent à ce qu’est la vraie vie, confie Emmanuel Faber. Et je trouve savoureux qu’elle m’ait été enseignée par quelqu’un dont on pouvait assez facilement dire qu’il faisait partie des fous."

En quête d’unité

Son abord de l’autre, simple et direct, vient-il à Emmanuel Faber de son histoire familiale ? Ou bien de son questionnement sur l’altérité et le Visage, inspiré par le philosophe Lévinas ? Sur une ligne de crête toujours, ce passionné d’escalade et de saint François d’Assise, oscille entre l’absolu du ciel et la réalité de la paroi. En quête d’unité, ce père de trois enfants a trouvé chez Danone une brèche pour rendre possible une autre économie, plus respectueuse des hommes. Avec, par exemple, cette usine de yaourts nutritifs au Bengladesh, qui s’appuie sur les producteurs locaux et sur le microcrédit. Mais n’allez pas pour autant croire Emmanuel Faber arrivé au but ! Ce dirigeant se méfie avant tout de la bonne conscience et des étiquettes.

Edifié par la communauté Foi et Lumière de sa paroisse, il se dit également touché par la spiritualité de l’Arche qu’il a approchée grâce à Dominique, accueilli un temps dans un foyer en Bretagne. "Toutes les expériences qui témoignent de la capacité à vivre ensemble – malgré les différences –, dans un espace marchand ou non, ont quelque chose de prophétique, commente-t-il. C’est vrai d’entreprises d’insertion, du social business, de certaines formes d’artisanat monastique, de lieux comme L’Arche et Foi et Lumière... La dimension communautaire s’y vit entre des personnes que tout sépare sur le plan physique et humain. Au cœur du mystère de la souffrance, elle témoigne de la vocation à ce que les contraires, les différences, s’estompent dans une communion en le corps mystique du Christ."

Florence Chatel

(1) Editions Albin Michel, 2011, 224 p., 18,25 eur

Répondre à cet article


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP