Miages-Djebels

Accueil du site > Au nom du sang versé, regardons la vérité > Toile d’amitié depuis les Beni Zikki

Toile d’amitié depuis les Beni Zikki

mardi 4 novembre 2008, par Claude GRANDJACQUES


Depuis mon voyage en Kabylie en 2004, mon regard vers les Dômes de Miages a changé : les arêtes des Covagnets me rappellent en permanence celles des Beni Zikki.

J’y devine parfois, émergeant des nuages, l’âme des soldats morts en Algérie.

JPEG - 27.8 ko
Mémorial de Berkis aux héros de l’indépendance tombés dans les Beni Zikki.

Ils ne portent plus d’uniforme. Je ne distingue ni leur appartenance ni leur forme. Qu’importe leur camp ! C’étaient des hommes.

Ils avaient vingt ans.

Ils obéissaient à leur gouvernement établi l’un, permanent à Paris, l’autre, provisoire, en Tunisie. Leur combat était sans gloire, mais leur cause chargée d’espoir.

Les uns se battaient pour une Algérie qu’il fallait garder avec la France, les autres pour une vraie démocratie et l’indépendance.

Ils ont tous été trahis....

Ainsi commence le livre "des Miages aux djebels" que j’avais terminé après ce voyage. Depuis lors, je suis à nouveau sous le charme des lieux et des habitants... Une passion du reste incompréhensible aux yeux de ceux qui ne connaissent pas la Grande Kabylie. "Quand le feu se met dans le vieux bois !..." diraient certains d’un air entendu !...


Mon voyage d’octobre 2007, a été l’occasion de contacts simples dans la région de Bouzeguène et de découvrir les Beni Zikki.

Depuis ce promontoire, le monde paraît différent, comme en témoigne le compte rendu de mon voyage d’octobre 2007 réalisé avec le concours de Ferouane.

Ferouane : Peux-tu nous dire ce que tu penses de la région ? La Kabylie est une région montagneuse séduisante et atypique. Pour en avoir une idée, il faut se rendre au belvédère balcon du village de Barkisse. Ce village est accroché à l’éperon rocheux de la Main de la Fatma, sentinelle avancée des pentes du Tizi Guidminenn.

De ce nid d’aigle, la vue bute à l’ouest sur les pentes de la montagne où est niché le village de Bou-Khiare, puis dévale les gorges de l’oued Sahel en contrebas, avant de se reposer sur les flancs riants des djebels Tizi NBerber et de l’Azrou El Messabah.

Cette loge de théâtre à la vue panoramique plongeante mériterait de recevoir une table d’orientation localisant une grande partie des villages de la commune de Bouzeguène et des Beni Zikki. Ceux-ci en grappes fertiles greffées à des pieds de vigne noueux, sont accrochés aux montagnes tentaculaires épaulant le Djurdjura.

Depuis cette arête escarpée, la vue dégage une impression de sérénité tranquille. La nature aride et sauvage se montre dans sa généreuse beauté dépouillée. L’écoulement des saisons ne semble pas avoir de prises sur les lieux. L’air ambiant respire le parfum de la paix et de la quiétude.

De ce nid d’aigle, il est facile de comprendre pourquoi cette région tout en douceur a transformé le rapport des hommes au temps et pourquoi ses habitants sont viscéralement attachés à leur terre qui les a façonnés. Les Kabyles en effet, sont des montagnards au naturel hospitalier, accueillant et tolérant. Ils ont su conserver leur mode de vie marqué essentiellement par la solidarité, des traditions ancestrales et démocratiques, une langue millénaire qui renforcent leur fierté identitaire .

Situé à la partie orientale du Djurdjura, le promontoire de Barkisse, permet d’admirer la roue du paon creusée par l’oued Sahel naissant. Tout y est séduction. Cet amphithéâtre naturel constitue le cœur de la Kabylie. Pour le voir battre, il convient d’admirer la beauté des villages disséminés sur les flancs offerts des djebels mamelons des Tizi NBerber et de l’Azrou Messabah.

À la beauté des paysages, s’ajoute, en pénétrant dans les villages, la découverte de la Kabylie côté cœur. Ce trésor que constitue l’amitié est offert partout : vous pouvez vous servir et vous enrichir sans appauvrir. Les contacts avec la population constituent une cure qui guérit de bien des blessures.


Cette région a été un des hauts lieux de la lutte armée contre la France d’alors. Des combats terribles se sont déroulés sur place en particulier en 1959.

JPEG - 24 ko
Mémorial de Berkis à ses djounouds.

Voir Combats dans les Beni Zikki en 1959 Les villages des Beni Zikki avaient alors été évacués.

De nos jours, cette région inaccessible, souvent coupée du monde l’hiver par la neige, a pour seules ressources naturelles, quelques lopins de terre arrachés aux griffes d’une roche calcaire balayée par les vents ou chauffée à blanc par le soleil.

Par contre la vraie richesse des lieux est celle du coeur des habitants.

Pour ceux qui douteraient, voici le texte élaboré par la Maison des jeunes des Beni Zikki, reçu dernièrement.

JPEG - 25.5 ko
La maison des jeunes des Beni Zikki

Derrière les mots simples, quelle belle sensibilité et quel regard emprunt de tolérance et d’humanité !

Dans un monde en mouvement, où l’égoïsme est roi, que la vie parait belle en prenant de l’altitude !

A lire et écouter avec son coeur.

L’humanité

oh ! vous créateur des cieux et vous qui peuplez les grands espaces emmenez-moi avec vous faîte de moi un des votre

dottez-moi d’ailleront acceptez ma compagnie oh ! vous les vrais maitres de ces espaces

serai-je un jour une raie d’étoile ,de lune ou de soleil pour que mon vol n’est plus de frontière

la liberté approuve l’être nous nous ressourçons tous de l’eau de montagne dans une cominion partagé

sans prière ni prosternation pour les riches,les bourgeois où les puissants de moment ma demeure au dela des nuages dans la clarté de ciel

de coleure ou de race déférente nous comuniquons chaqu’un de sa langue edifiant ainsi des actions humanitaire

otopique soit-il mon univer l’égalité sera point revendiqué nul n’a besoin de déffenfre les siennes

délissant les haines et les rancunes faisons appel aux esprits éclairés ainsi la fraternité j’aillira comme une fontaine

arivera le jour de la paix tous partegeront les mêmes joies recollollant aussi les parcelles éparpillés

prions le grand seigneur pour que l’homme retrouve sa race l’amour et la compassion dans le bien de son prochaine.

Prenons le temps ensemble de :

  • envisager le présent et l’avenir en tirant profit de la beauté des lieux et des qualités d’acceuil des habitants des villages. Voir : Club des amis des Beni Zikki

Répondre à cet article

4 Messages de forum

  • Toile d’amitié depuis les Beni Zikki 31 mars 2011 20:54, par Djoudi Attoumi

    Merci à Claude Grandjacques, aux jeunes des Ait Zikki, une région que j’ai connue et dont le relief était très difficile pour nous. Une cuvette où des dizaines, sinon quelques centaines de maquisards, de civils sont tombés.

    A travers ces deux lettres, j’ai senti un humanisme chez les auteurs, un besoin de se reconstruire et une ambition pour parvenir à l’amitié, à la fraternité. Aujourd’hui , 50 ans après, nous éprouvons de la compassion à ceux qui sont tombés des deux cotés, à leurs familles endeuillées et qui porteront toujours des séquelles de cette terrible guerre. Il n’est plus besoin de dire que cette n’aurait jamais dû avoir lieu. Maintenant, tournons-nous vers l’avenir.

    Je me suis promis d’"aller en pélerinage à Beni Zikki où nous avions été encerclés en 1957 à Iguer Mahdi (ou Iguer Amrane). Je peux témoigner que la population était acquise entièrement à l’ALN et au FLN. Je renouvelle mes amitiés à Claude qui a eu l’heureuse initiative d’ouvrir ce forum.

    Répondre à ce message

    • Toile d’amitié depuis les Beni Zikki 5 octobre 2011 18:10, par T Amar

      Bjr Mr Attoumi

      J’ai suivi vos intervention suite à la polimique suscité par ’Amirouche, une vie, deux morts et un testament’ de Said Sadi et j’ai eu la conviction que vous êtes un des témoins sur lesquels on peut compter par rapport à cette guerre d’Algérie. Vous avez sans doute connu la région des Ait Idjeurs pendant la guerre. Justement, Mr Grandjacques m’a envoyé un document qu’il faudrait décortiquer et éventuellement confirmer. Quelque chose me dit qu’il n’est pas complet. De mon côté, je n’avais que 7 ans à l’indépendance (dont sans vue en termes de témoignages). De plus, ma culture de cette guerre est juste moyenne, voir mauvaise même si la curiosité demeure sûre chez moi. Et vus les efforts que fait Mr Grandjacques, je voudrais tant voir ses investigations aller loin, le plus loin possible. Aussi, j’aimerai nouer un contact avec vous pour pouvoir en discuter. j’habite un village de Wizgane (Tazrouts) et vous pouvez me joindre à l’adresse E-mail : tamar_mk@hotmail.com

      Respectueuses salutations

      Amar

      Répondre à ce message

      • Toile d’amitié depuis les Beni Zikki 25 juillet 2014 14:30, par Mansion Paul

        Merci, à vous tous pour vos paroles fraternelles que je partage avec cœur. J ’ai parcouru le secteur de la Main de la Fatma de 1959 à 1961 en tant que qu’appelé-chasseur du 27e BCA. C’est une région magnifique à laquelle je reste attaché. Le jour du vendredi-saint ( pour les chrétiens ) en 1960, nous avions arrêté le chef FLN du village Sahel : un combattant qui n’avait pas froid aux yeux. J’aurais bien voulu entrer en contact avec des Kabyles qui l’ont connu. Merci et amitié.

        Répondre à ce message

        • Bonjour Paul

          Nous étions ensemble pendant une période à Aït Megève.

          Si tu veux renouer avec le passé tout en bâtissant pour l’avenir, j’ai des documents intéressants à te proposer.

          Je suis en effet retourné sur place à trois reprises et ai noué des contacts fraternels avec le Président de l’association des handicapés de Bouzeguène.

          Tu peux m’envoyer un message à : mia.dje@wanadoo.fr ou m’appeler au 06 22 69 33 01 Amitiés chasseurs.

          Claude

          Répondre à ce message


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP