Miages-Djebels

Accueil du site > Diaporamas. > Photos des IDJEURS ou des GHOBRI du temps de la France.

Photos des IDJEURS ou des GHOBRI du temps de la France.

lundi 8 décembre 2008, par Claude GRANDJACQUES

Pendant une centaine d’années, l’histoire de cette région de Grande Kabylie était liée à celle de la France.

Ces photos ont été prises alors que bientôt demain allait être un autre jour avec l’indépendance.

Elles sont la propriété de Roger Enria, alors sous lieutenant appelé. Roger qui a écrit « Les Chasseurs de l’Akfadou : Kabylie 1955-1962 », m’a communiqué spontanément son album photographique pour mise en ligne.

Je les restitue en respectant l’ordre chronologique et les légendes en pensant faire plaisir à la population des Idjeur ou des Ghorbi..


JPEG - 23.9 ko
La beauté, la confiance et la sérénité.

Que cette photo extraordinaire d’une jeune maman des Idjeur nourrisse les relations entre nos différentes communautés.

Merci à Serge de me l’avoir communiquée et au photographe d’avoir su fixer pour l’éternité ce tableau tout en grâce et en pureté, révélant la tendresse et la confiance dans l’avenir,

Je suis heureux d’en faire retour aux Idjeur et aux Ghorbi.


Diapo 01 Un jour nouveau va prochainement se lever. Diapo 02 Café maure, lieu de l’embuscade du 9 mars 1959. Diapo 03 La tour de protection du pont de Youssouf. Diapo 04 Moknea. Diapo 05 Col de Tagma. Diapo 06 Le poste de Mahagga. Diapo 07 Iffira, PC du 27e BCA. Diapo 08 Ait Zellal, la mosquée. Diapo 09 Ait Zellal, le poste militaire. Diapo 10 Aït Salah, ruelle. Diapo 11 La forêt d’Akfadou, vue de Tiffrit. Diapo 12 Poste de Tiffrit n’Aït ou Malek. Diapo 13 Poste d’Haoura. Diapo 14 Aït Aïcha avec la DZ. Diapo 15 Le village d’Aït Aïcha. Diapo 16 Gorges de Palestro. Diapo 17 Construction de piste par le génie sous la protection des Chasseurs. Diapo 18 A la sortie d’Igraïne, en montant vers Aït Aïcha en hiver. Diapo 19 Le confort des pistes de l’Akfadou. Diapo 20 la Main de la Fatma de profil Diapo 21 Beni Zikki. Diapo 22 Bouzeguene avec la Main de la Fatma. Diapo 23 Haoura sous la neige. Diapo 24 Le massif du beni Zikki. Diapo 25 Piste touristique Diapo 26 Le poste d’Aït Megeve. 1000m d’altitude Diapo 27 le poste d’Aït Megeve. Diapo 28 Le pont de Boubehir Diapo 29 Le Beni Zikki avec à droite la Main de la Fatma. Diapo 30 Départ d’opération en forêt d’Akfadou. Diapo 31 le poste de Mahagga. Diapo 32 Aït Megève. Diapo 33 Vue d’Igraïne en direction de l’ouest avec la piste conduisant à Iffigha Diapo 34 Vue d’Igraïnesur la crête au fond le village de Moknea Diapo 35 Intérieur d’une maison kabyle (lit à même le sol, berceau suspendu). Diapo 36 Réserve à grains et à farine. Diapo 37 Soirée d’hiver la famille rassemblée autour du kanoun. Diapo 38 Filage de la laine de mouton. Diapo 39 Ecole d’Ighraïne. La classe surchargée, classe en plein air. Diapo 40 Moulin et pressoir à huile. Diapo 41 Moulin et pressoir à huile. Diapo 42 Un groupe de jeunes femmes revenant de la fontaine. Diapo 43 Femmes revenant de la fontaine. Diapo 44 Transport de bois. Diapo 45 Tansport de terre pour le jardinet au moyen d’écorce de chène-liège. Diapo 46 Départ pour les travaux des champs. Diapo 47 Départ pour les travaux des champs. Diapo 48 Aït Salah. Diapo 49 Aït Salah. Diapo 50 Direction pont de Boubehir. Diapo 51 Piste au petit bois. Diapo 52 Aït Salah. Diapo 53 Direction Tabourt. Diapo 54 Direction d’Aït Aïcha. Diapo 55 1440. Diapo 56 1052 et Tiffrit. Diapo 57 Beni Zikki et Main de la Fatma. Diapo 58 Col du Tizi Tament. Diapo 59 Vue sur Moknea. Diapo 60 Igraïne, piste menant au Cyclope. Diapo 61 Igraïne. Diapo 62 Réunion de village. Diapo 63 Jeunes kabyles dans la cour de l’école. Diapo 64 Elèves de l’école. Diapo 65 Igraïne la djemaa école. Diapo 66 troupeaux et bergers. Diapo 67 Igraïne le village. Diapo 68 Le cyclope. Diapo 69 Aït Salah. Diapo 70 Au cyclope. Diapo 71 Direction Mahagga. Diapo 72 Troupeau au cyclope. Diapo 73 Construction piste Akfadou. Diapo 74 Piste 1621. Diapo 75 Direction la cote 1000. Voir la suite Photos des IDJEURS ou des GHOBRI du temps de la France suite

Portfolio

Diapo 01 Diapo 02 Diapo 03 Diapo 04 Diapo 05 Diapo 06 Diapo 07 Diapo 08 Diapo 09 Diapo 10 Diapo 11 Diapo 12 Diapo 13 Diapo 14 Diapo 15 Diapo 16 Diapo 17 Diapo 18 Diapo 19 Diapo 20 Diapo 21 Diapo 22 Diapo 23 Diapo 24 Diapo 25 Diapo 26 Diapo 27 Diapo 28 Diapo 29 Diapo 30 Diapo 31 Diapo 32 Diapo 33 Diapo 34 Diapo 35 Diapo 36 Diapo 37 Diapo 38 Diapo 39 Diapo 40 Diapo 41 Diapo 42 Diapo 43 Diapo 44 Diapo 45 Diapo 46 Diapo 47 Diapo 48 Diapo 49 Diapo 50 Diapo 51 Diapo 52 Diapo 53 Diapo 54 Diapo 55 Diapo 56 Diapo 57 Diapo 58 Diapo 59 Diapo 60 Diapo 61 Diapo 62 Diapo 63 Diapo 64 Diapo 65 Diapo 66 Diapo 67 Diapo 68 Diapo 69 Diapo 70 Diapo 71 Diapo 72 Diapo 73 Diapo 74

Répondre à cet article

38 Messages de forum

  • Photos des IDJEURS ou des GHOBRI du temps de la France. 9 janvier 2009 01:03, par Mohand Amokrane HANDALA ancien élève au CEG d’Azazga

    C’est avec beaucoup d’émotion que j’ai vu toutes ces photos des Idjeurs et des Ghobri comme vous les avez nommées. Je les ai parcourues avec l’espoir de retrouver une photo de mon village. Hélas, j’en ai pas trouvé. Mais ça me donne une petite idée sur l’époque. J’ai lu aussi avec beaucoup d’intérêt le témoignage de Monsieur SAHUT Jeau-Louis qui a été mon professeur de mathématiques entre 1968 et 1972 au CEG d’Azazga. Je garde un très bon souvenir de lui. Il a été un modèle pour nous sur tous les plans. Aujourd’hui encore lorsque je rencontre mes anciens camarades de classe, nous nous remémorons avec beaucoup de plaisir la période où Monsieur Sahut a été notre professeur, avec sa tenue impéccable, sa 404 toujours bien nettoyée et surtout sa compétence et son abnégation au service de ses élèves. Je me rappelle encore de cette carte postale qu’il m’avait envoyée l’été 1969 de l’Auvergne et sur laquelle il m’avait écrit "Bien amicalement de l’Auvergne où je passe mes vacances". Après avoir lu son témoignage, il y a 4 jours de ça, je vous ai écrit un message dans lequel je vous ai fait part de mon souhait d’entrer en contact avec lui. Je vous serais très reconnaissant Monsieur GRANDJAQUES si vous pouviez me donner de ses nouvelles.

    Répondre à ce message

    • Bonjour Mohand.

      Je fais suivre votre message à Jean Louis qui vous fera signe. Je vais également en envoyer copie à Roger qui m’a fourni les photos. Il appréciera de savoir que ses photos sont vues en Grande Kabylie. Donnez-moi le nom de votre village pour le cas où je récupérerais encore d’autres photos. Bien amicalement depuis les Miages. Claude.

      Répondre à ce message

      • Bonjour Claude, Je vous remercie de m’avoir aidé à entrer en contact avec Jean-Louis qui m’a écrit depuis et donné de ses nouvelles. Bravo aussi pour ce site et le travail que vous faites pour le rapprochement entre les deux rives de la méditerranée, entre personnes qui ont eu, un temps, une histoire commune.

        Mohand

        P.S. Connaitriez-vous des français (militaires ou civils) qui ont vécu dans la région de la commune d’Azazga (Aït-Bouada, Ifigha,...) pendant la guerre ? J’aimerais bien échanger avec eux sur certains événements.

        Répondre à ce message

      • Photos des IDJEURS ou des GHOBRI du temps de la France. 27 mai 2013 23:17, par sadi malika

        Bonjour monsieur pendant des annee j’ai rechercher le livre ’mon poste en kabylie’ je les enfin trouver je les devoree lue a de nombreuses reprise dans se livre j’ai pue apprendre des veritee sur mon grand pere qui ma elever depuis l’age de 4 ans des veritee que l’on ma cachee monsieur permettais moi de vous dire merci merci infiniment si toute fois vous etes toujours en contacte avec monsieur roger enria remerciez le de ma part je lui en serais reconnaissante jusqu’a la fin de mes jours mon grand pere ete monsieur sadi rabah dans le livre il le surnomme JAAdi chef du village ighraiene pouvez vous lui dire aussi s’il vous plait que mon grand pere ma bien souvent parler de lui Au plaisir de converser avec vous monsieur sadi malika

        Répondre à ce message

      • le nom du village c’est KOUKOU , il est bien apprécié des Français ,même après l’independance de l’Algérie.

        Répondre à ce message

    • Photos des IDJEURS ou des GHOBRI du temps de la France. 31 mai 2009 16:19, par bellir sofiane

      slt je vous remerci a tout persone qui a contrbue a ce travail je suis un etudiant de village ighraine ca me fait plaisir de voir des photo parail de mes ancetre

      Répondre à ce message

  • Hommage à Messieurs C.GRANDJACQUE ET J.L.SAHUT. 14 avril 2009 19:47, par Amokrane ARHAB

    Merci et grand merci Monsieur GRANDJACQUES pour ce site en général et pour toutes ces photos en particulier . C’est de l’inédit pour nous car c’est la première fois qu’on eu l’occasion de visionner autant de photos de notre région qui datent de cette époque . Grâce à vous on a remué le fond de notre mémoire et on s’est retrouvé maintenant à plusieurs à évoquer les mêmes souvenirs qui nous ont marqué à jamais . De notre coté nous ferons tout pour faire connaitre ce site à tous nos amis , anciens camarades d’école et à toute personne ayant vécu cette époque. Grand merci aussi pour nous avoir permis de renouer contact avec Monsieur SAHUT , cet enseignant qui nous a transmis non seulement des connaissances mais aussi un art de vivre et une culture de l’effort et cela grâce à sa volonté et sa bonté. Au revoir et a bientôt ! Amokrane ARHAB

    Répondre à ce message

  • merci pour ses belles photos. avez vous des photos concernant le village IGUERSAFENE, situé dans la region d’idjeur.

    Répondre à ce message

  • Bonjour Mr Claude GRANDJACQUES, je suis un résident du village MAHAGGA. Tout d’abord je tiens à vous remercier infiniment pour toutes ces photos que vous aviez mis sur ce site. Et en particulier celles de mon village Mahagga. Je vous demande Mr SVP, si vous avez encore d’autres photos concernant ce village (MAHAGGA) ou les environs je vous en prie de les rajouter. Des phots de ce genre sont d’une importance capitale. Encore une fois je vous remercie, et je vous remerie beacoup.

    Répondre à ce message

  • Photos des IDJEURS ou des GHOBRI du temps de la France. 4 mars 2010 09:18, par lyes hadjem

    bonjour et je vous remercie d’avoir répondu a mon message .... je suis un jeune de AIT AICHA .. franchement beaucoup de gent on pleuré lorsqu’ils on vu ses images .. merci et meilleur salutation ..... lyes hadjem

    Répondre à ce message

  • Photos des IDJEURS ou des GHOBRI du temps de la France. 4 avril 2010 14:08, par Rabah DAHMANI

    Bonjour, je suis un citoyen du village AIT AICHA. Un grand MERCI pour vous Monsieur qui nous a fait vivre l’époque de nos ailleux. Je viens de découvrir mon histoire car l’Algérie ne fait que la fausser. En regardant ces photos croyez moi c comme si que j’ai fait un voyage dans le temps et c une chose tellement grandiose pour moi. Certes que le colonialisme a fait bcp de choses mauvaises mais je dirai aussi tant de bonnes choses comme ce chef d’œuvre que je viens de découvrir. Merci encore et faites nous partager encore plus de photos.

    Répondre à ce message

  • Photos des IDJEURS ou des GHOBRI du temps de la France. 18 mai 2010 22:30, par Djillali dahmani

    Je suis très surpris de découvrir ces très belles photos de ma région Idjeur et particulierement celles d’Ait-Aicha. Ces photos ont enfin illustré les diverses histoires de nos mères et grand-mères. Ma pensée va à celles et à ceux qui ont vécu cette guerre, croiyez-moi lorsqu’elles veront ces photos, elles seront très émues. Merci à Mr Roger Enria d’avoir penser à prendre ces photoss et merci à Mr Claude GRANDJACQUES de les avoir publier. Si vous auriez d’autres photos d’Ait-Aicha à cette époque de la guerre, vous ferez beaucoup d’émus (es). Merci à tous. Sincèrement Djillali.

    Répondre à ce message

  • Photos des IDJEURS ou des GHOBRI du temps de la France. 7 septembre 2010 13:36, par Farida Hadjem

    je suis une citoyenne d’Ait-Aicha

    Merci et mille merci Monsieur GRANDJACQUES pour ces belle photos qui illustrent notre glorieuse histoire.Grâce à vous on a pu visionner autant de photos de notre région qui datent de cette époque . Vous avez remué la mêmoire de ceux qui ont vécu cette période et accorder un voyage à travers le temps aux générations d’aprés 1692. . De notre coté nous ferons tout pour faire connaitre ce site .

    Répondre à ce message

    Répondre à ce message

  • Photos des IDJEURS ou des GHOBRI du temps de la France. 15 septembre 2010 22:43, par lounes

    bonjour quand jai vue ces photos j ai des larmes ou yoeux et ca ma fait et bcp d emotions merci mille fois et une longue vie pour toi moi je suis de village ait aicha

    Répondre à ce message

    • Que de souvenirs, souvent enfouis par peur de réveiller certains d’entre eux, mais d’un coup ressuscités pour ne garder que les meilleurs.

      Cet arbre, à l’entrée du village, compte beaucoup pour moi.

      Si quelqu’un a des nouvelles de l’instit : "GATEAU" (1959 ou 1958), qu’il laisse un message.

      Merci,

      Répondre à ce message

  • c vrais que ces de tres belle photos moi je suis le petit fils du chahid bellir said qui est un grand homme je di tous ca parceque celuis qui a pris ces photos (roger enria) c’est lui qui a meneé l’operation contre bellir said . mais bellir said a reussie a blessé roger enria a la tete et apres ca les melitaires francais onts comencé l’ataque et bellir said a repliqué mais il est tombé en martyre (je rend un hommage au chahid bellir said et a tous les chouhada) a bas les harki vive l’algerie cette petite histoire roger enria la ecrite dans son livre (mon poste en kabylie) roger enria est loin d’etre un homme de paix comme en pourait le croire en regardont ces photos

    Répondre à ce message

    • Bonjour Malek

      Merci pour votre message. Son contenu révèle les contradictions de ce que fut la guerre d’Algérie, une guerre qui n’aurait jamais dû exister.

      C’est à juste titre que vous rendez hommage à votre grand-père. Celui-ci est un héros de la cause de l’indépendance. Il s’était engagé très tôt dans ce combat, à un moment où il fallait du courage et un esprit de sacrifice pour se lancer dans cette voie.

      Le 18 août 1959, alors qu’il était chargé de tuer notamment Roger Enria, le chef du poste implanté dans le village, votre grand-père était localisé par ce dernier qui voulait l’arrêter. Il a refusé de se rendre et a fait face courageusement. Au cours des échanges de coups de feu, il a trouvé la mort après avoir blessé son adversaire.

      Roger Enria, comme tous ceux de sa génération, n’était pas un homme de guerre. Il a été amené à accomplir son devoir de citoyen pour combattre au nom de la République ceux qui, par la lutte armée, voulaient mettre un terme à la présence française sur un territoire que notre pays considérait à tort ou à raison comme sien.

      En effet, depuis de nombreuses années, la France avait sans nul doute valorisé le pays mais malheureusement avait oublié ses habitants. Son refus de mettre en œuvre les réformes indispensables et sa politique rétrograde envers les Algériens désignés alors comme FSNA (Français de souche nord-africaine) sont en grande partie responsable de l’utilisation de la lutte armée par ceux qui voulaient être considérés comme des citoyens et non comme des sujets.

      La situation, à l’époque, était cependant très complexe. Il y avait plus d’Algériens servant dans l’armée française que dans l’ALN. De plus les rivalités entre partisans de l’indépendance (MNA-FLN) et les violences exercées contre ceux qui avaient de la sympathie pour la France, expliquent des choix diamétralement opposés dans les villages ou dans les familles.

      Actuellement la cause de l’indépendance n’est plus contestée par personne. Il reste par contre de nombreuses familles en deuil pleurant un proche victime des rivalités et des violences des hommes.

      C’est une des raisons pour lesquelles, après avoir porté l’uniforme de l’armée française, et perdu un frère mort au combat à quelques jours de sa libération, je m’emploie, à cinquante ans de distance, à essayer de rapprocher les cœurs et les hommes que dans le fond rien ne séparait.

      C’est le sens de la démarche lancée avec les Messagers de l’Akfadou où sont présentés autant que faire se peut, les combats et les hommes afin de préparer les esprits à élaborer un mémorial virtuel où seraient honorer toutes les victimes de la guerre d’Algérie, quel que soit leur camp d’appartenance.

      Dans le cadre de cette démarche, je me suis procuré le témoignage de Roger Enria concernant le décès de votre grand-père auquel je rends hommage pour son courage et sa façon de contacter la population. Je l’ai inséré dans la chronologie des combats que je vous invite à consulter. Voir : http://miages-djebels.org/spip.php?...

      Vive l’Algérie ! Vive le France ! Vivent tous ceux qui cherchent à faire avancer la compréhension entre les hommes !

      Claude

      Répondre à ce message

      • Photos des IDJEURS ou des GHOBRI du temps de la France. 24 juillet 2011 12:18, par Arezki

        Pour Claude,

        "PAIX SUR LA TERRE AUX HOMMES DE BONNE VOLONTÉ".

        Vous traduisez, sans aucun doute, le sentiments de nombreux algériens et français qui ont combattu sans haine. Ces français et algériens sauront transmettre aux générations futures (comme vous le faites si bien) la nécessité et le plaisir de vivre ensemble.

        Répondre à ce message

        • Photos des IDJEURS ou des GHOBRI du temps de la France. 31 juillet 2011 12:03, par marcowich

          Je ne vois pas comment, en Algérie, les Algériens pourront découvrir la nécessité et le plaisir de vivre ensemble, puisque dans ce pays, désormais totalement homogène racialement et religieusement depuis 50 ans, il n’y a plus de population européenne française.

          A moins que vous n’envisagiez que l’Etat algériens passe des accords avec l’Etat français pour accueillir, en Algérie, une population française, composée soit de Français de souche soit de Français d’origine algérienne (au choix ou un mixage), dans une proportion de 10 % de la population algérienne, comme en France. Une sorte de droit de retour !

          L’Algérie ne pourrait qu’y gagner, à tous points de vue.

          Répondre à ce message

          • Photos des IDJEURS ou des GHOBRI du temps de la France. 31 juillet 2011 12:28, par Arezki

            Je vois qu’il y a beaucoup à faire pour remettre un peu d’amour et de compréhension dans les cœurs et pour guérir les plaies. C’est ce désert d’amour et de compréhension qui a conduit à bien des tragédies, en particulier, à la tragédie algérienne. Il n’a jamais été question de défendre ce pouvoir algérien. Ce pouvoir, monsieur marcowitch, le peuple algérien le chassera (un jour lointain peut être mais un jour quand même). En Algérie, actuellement, je peux certifier qu’il y a des populations de diverses origines qui vivent en paix et dans la pleine compréhension. Enfin, pour paraphraser (de manière incomplète) un grand écrivain Français : "Tant qu’il y aura sur la terre ignorance et misère....." (ignorance et misère intellectuelles et morales), les initiative de personnalités comme CLAUDE ne seront pas inutiles.

            Arezki

            Répondre à ce message

          • Photos des IDJEURS ou des GHOBRI du temps de la France. 2 août 2011 19:22, par Sophia Ammad

            Détrompez vous, contrairement à la légende de nombreux français et françaises sont restés en Algérie après l’indépendance. L’un des plus connus est Gérard Ruot qui fut l’un des irradiés ; il a crée des structures recueillant des orphelins.

            Répondre à ce message

            • Photos des IDJEURS ou des GHOBRI du temps de la France. 4 août 2011 10:16, par Marcowich

              La réponse de Madame Sophia Ammad est hors sujet.

              Monsieur Gérard Ruot ne représente que lui-même, et en outre il porte un prénom narabe (Aïssa). Il est donc certainement arabisé, et peut-être même est-il considéré comme un "dhimmi", un "protégé, c’est-à-dire un sous-citoyen, comme il en existe des millions dans les pays du monde arabe ou iranien chiïte (arabes chrétiens, coptes, juifs, zoroastriens,etc.).

              Or, ce qui est discuté ici, c’est la co-existence entre Algériens et Français, chacun conservant son identité propre. Force est de constater que cette situation n’existe pas en Algérie.

              Répondre à ce message

              • Photos des IDJEURS ou des GHOBRI du temps de la France. 16 septembre 2011 19:07, par Arezki

                Il est difficile et même et apparemment impossible de convaincre des gens qui ont des certitudes comme Mr Marcowitch.

                Des Français sont restés en Algérie, trop peu sans doute. Cependant, ce fait mérite d’être mis en avant comme l’a si bien signalé Mme Ammad sur un cas particulier.

                Ces Français n’ont jamais été considérés comme des sous-citoyens : ils ont subi les mêmes problèmes que les autres Algériens et ils ont résisté comme tous les autres Algériens. Cela prouve que la coexistence est possible tout simplement parce que elle a déjà existé.

                Répondre à ce message

  • Photos des IDJEURS ou des GHOBRI du temps de la France. 28 décembre 2012 00:39, par Pierre Trombert artiste Philadelphia USA

    C’est avec beaucoup d’émotion que pour la première fois depuis 1962, j’ai revu des photos des lieus ou j’ai passée mon temps de chasseur de 1960 a 62. Je faisais parti du commando de chasse Parka 2, nous étions a Tiffrit, j’ai passé quelque temp a Mahaga, Aït Aïcha. J’ai fais mon école de sergent a Tikjda, revenu a Iffigha. J’ai aussi avec un groupe de chasseurs de la troisième compagnie grimpé la Main de la Fatma. Revenu en France en 1962, j’étais écœuré, quelle bêtise. J’avais essayé de tenir un journal, mais cela a été très vite abandonné. Donc écœuré, j’ai quitté la France et suis parti aux Etats Unis où j’ai fait mes études, et suis resté. Maintenant a 72 ans, j’écris mes mémoires, et en ce moment, j’en suis a mes soit disant aventures en Algérie. ce travail est très émotionnel, et quand faisant un peu de recherche, je suis tombé purement par accident sur votre site, j’ai éclaté en pleur. J’essaye de m’expliquer cette perte de notre innocence a tous, je ne dis pas que je n’ai pas aimé être commando de chasse, je jouais la réalité de mes jeux d’enfant, seulement cette réalité, elle, devient en dépit de tout : réelle. Je suis très touché, et les mots ne peuvent pas traduire ce que je ressent, puis après tout, il faut bien que je garde un petit peu de mon secret. Nous avons eu nos tristesses, nos émotions, mais il faut toujours rire, donc pour vous faire sourire : Il y’a tellement de temps que je suis aux Etats Unis que j’ai beaucoup oublié mon Français, et souvent il faut que j’utilise un dictionnaire Anglais / Français pour écrire, mais comme est ma devise, que j’enseigne d’ailleurs a mes étudiants d’architecture," Je ne sais pas ou je vais, mais je sais comment y arriver" Je vous remercie pour ces photos, je vous envoie mon Mail ptrombert557@gmail.com Pierre Trombert

    Répondre à ce message

  • bnjr je m’appel malek le petit fils du chahid bellir said je viens d’acheter le livre de roger enria mon poste en kabylie, et je me suis rendu compte d’un truc c ’est que roger enria sur l’affaire du chahid bellir said na pa citéé tous les detailles et même quelque mensonge car moi j’ai recueillis le témoignage des personnes concernée et des personnes pressente sur place . roger enria dit qu’il avait vue la mère de bellir said avec un regard anxieux dirigé ver la porte de l’ecurie ou se trouvai le rebelle .(cette dernière ne pouvait pas être presente car elle était morte bien avant cette événement).
    - il dit qu’il a demandé a bellir said de sortir mais il a refusé en lui disant viens me cherché .et 20 seconde apres roger enria rentre dans l’ecurie . les témoins disent ’quil ya eu une conversation plus longue entre les deux adversaires notamment que bellir said a demandé a roger enria de faire rentré saadi rabah , (JAADI) (harki).et que ce dernier a refusé et a pris la fuite en jetant son arme . les temoins sont catégorique en disant que des bouts de papier était dans la bouche du chahid bellir said car il avait mangée les papiers les plus importants concernant les moudjahidinnes .et q’uil n’était pas mort sur le coup il était encore vivant et un des militaire francais la exécuteé avec une balle dans la bouche . (roger enria di qu’il était mort sur le coup’’’’faux’’’’).et aussi ce que roger enria a oublier de sité c’est qu’il avait donné un gros coup de cross sur la tête de la femme du chahid bellir said .et que quand les militaires franacais l’ont achevée avec une balle dans la bouche sa femme sa sœur et sa fille de 7ans(ma mere) était la ,et ont tous vue .sa femme a perdue la tête depuis ce jour la et elle est vivante jusque a maintenant (longue vie pour elle ). une chose est vrais dans le livre c’est qu’il yavait plein de harkis dans le village notamment HANNOUCHE qui avait était prévenir en courant roger enria de la presence du moudjahid bellir said dans le village .

    ((un HARKI (hannouche)qui etait pressé de faire tuée un homme un moudjahid (bellir said)qui defend l’honneur de son pays . (( ’je retiens cette phrase dans la lettre qui a était trouvée sur le martyrs bellir said ecrite 3 jour avant sa mort ."""""IL FAUT ETRE DES HOMMES ET AVOIR DU COURAGE ON NE MEURT Q UNE FOIS.’’’’’. peut de gens avait le courage qu’il avait. LE LIVRE DE ROGER ENRIA EST SORTIE EN 1981 22 ANS APRES CETTE HISTOIRE ET IL A MÊME PAS OSÉE DIRE LA VÉRITÉ . celuis qui a ecris cette article peut ce renseigné aupres de roger enria ( si il est encore de ce monde ) ( le chahid bellir said a affronté les français,les harkis et la mort pour la dignité . vive l’Algérie ,a bas tous les harkis (traitre) .et a bas la France coloniale.

    Répondre à ce message

    • azul malek je ne sait pas si un jour tu lira ce message, dans un premier temps un grand merci a l’auteur des images, sa fait chaud au cœurs de voir des images pareils, et ensuite cela fait surtout reflechir a voir ce que nos ancêtres ont vecu ; moi c’est roza, ma grand mère malha BELLIR et la sœur du chahid sid BELLIR, elle nous a quitté le 29 septembre de cette année "2014"son ame repose en paix, elle même femme de chahid Lakhdar BELLIR, en tous cas merci pour le détail de la lettre setti malha allah irahmou ma raconté a plusieurs reprises l’histoire mais ce détail lui a certainement échappé.

      je pris l’auteur de m’adressé des photos du village d’ighraiene et ait aicha,autre que celles publiées. d’ailleurs ma maman figure sur l’une des photos ,

      Répondre à ce message

    • Photos des IDJEURS ou des GHOBRI du temps de la France. 1er novembre 2015 08:57, par Yazid

      Bonjour et azul,

      Je confirme cette version, puisque mon oncle chahid Bellir said que dieu est son âme, a été assassiné chez moi, la version de mes parents est similaire. Merci à toi Malik pour ce rappel. Je pense que la meilleure réponse qu’on puisse faire face a ces écrivains qui oublient certaines parties de l’histoire est que nous mêmes on pense à écrire notre version de l’histoire. Bellir Said était un grand homme et il mérite qu’on ne l’oublie pas.

      Yazid Bellir. En ce jour du 1er novembre 2015, je pense à tous nos martyrs.

      Répondre à ce message

    • sahit a mmis 3emt, merci d avoir essayer de rectifié l’histoire de l assassina de mon grand père. une version qui t’es léguer par des personnes présentes et touché par ce drame, a savoir notre honorable famille et qui sont on accord sur ta version contrairement a celle de"ROGER" et "des autre dit"

      tous sa pour dire que la mort de mon grand père n’est pas un sujet a débattre, et ne pas nous laissez emporter par des détailles minuscule,oui minuscule devant sa grande perte.

      alors merci d’honorer sa mémoire on se souvenant juste qu’il était un homme a part, dans sa vie jusqu’à sa mort.

      on laissons derrière lui, un garçon(vava) sans souvenir de lui agé de quelque jours. et une fille(na nouara) a la fleure de l’age avec comme dernier souvenir de lui,sa mort. et sa femme(setti) seul face a la vie,handicapée morale depuis sa mort et emprisonné 1 ans . ainsi que deux sœurs (na tassadit),et (nana malha ) antyarhem rebbi di snat, cette dernière a tété mon père pendant l’incarcération de setti et elle a était obligé de vivre avec le souvenir de la mort de son frère a jamais. il a su nous montrer le chemin de l’éternité, et de sa présence a jamais parmi nous.

      grâce a dieu et au courage de ces cinq dernier, notre grande famille a su persister dans la bonne voie, celle de l’honneur et de la dignité.

      paix aux âmes des mort , et longue vie au vivants.

      Répondre à ce message

  • Photos des IDJEURS ou des GHOBRI du temps de la France. 9 décembre 2013 15:22, par kasdi

    avant de commencer je tien a vous dire que ce que vous avez publier il a une valeur inestimable je cherche des photos de la région de yakouren en particulier village ait aissi le villa de certain kasdi said le chef du ville il était rechercher par l’armé française

    Répondre à ce message

  • un grand bonjours a tout le monde. moi BELLIR HAMID, fils unique du chahid BELLIR SAID(nom de guerre : SI SAID). je vous remercie de l’approche d’histoire que vous avez solliciter dans le livre "mon poste en Kabylie". ce sont bien les renseignement qui était a votre disposition en 1959,sachez que l’histoire est soumise a une auto-critique et a un jugement objectif de son époque. A ma connaissance l’aspirant BELLIR SAID (paix a sont âme) est venu au village pour une mission bien claire, pacifier le village ighraine durant l’opération "jumelle", distribuer le courrier et enfin, voir son fils né 15 jours auparavant . mon père est mort pour des cause bien juste, la fierté de sa famille et leurs liberté ainsi que l’indépendance de l’Algérie.

    Répondre à ce message


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP