Miages-Djebels

Accueil du site > Bibliographie > La Citerne

La Citerne

jeudi 19 mai 2011, par Marc BRESSANT

Ont été chef de SAS des hommes provenant d’horizons différents et embrassant par la suite des carrières parfois atypiques : militaire, religieuse, fonction publique, chef d’entreprise, etc…

Marc Bressant http://fr.wikipedia.org/wiki/Marc_B..., lui, a occupé des postes importants au Quai d’Orsay avant de devenir écrivain. Il témoigne de son expérience dans un roman : la Citerne.

Y interviennent des personnages plus vrais que nature. Leurs destins résument le contexte d’une guerre, fruit des contradictions et de l’aveuglement de la politique d’une époque.

L’expérience du terrain, la connaissance des hommes, la rigueur, la culture et la plume de l’auteur, font de ce roman un ouvrage de référence pour ceux qui, au-delà de l’histoire, s’intéressent aux hommes. Voir à ce sujet article récent Partir en Algérie, partir d’Algérie

Claude


Dans ce coin montagneux de l’Algérie, coups de main des rebelles et ratissages musclés de l’armée française se succèdent depuis 1954. Il n’est pas jusqu’à la vieille citerne, source immémoriale de la vie dans la vallée, qui ne soit devenue un symbole de la mort omniprésente.

Quand le sous-lieutenant Werner débarque dans ces parages en 1960, les autorités considèrent que la contrée est pacifiée. Appelé comme tous ceux de sa génération à faire son service militaire en Algérie, il se voit donner instruction d’administrer les villages et d’y faire régner l’ordre. la citerne de Marc Bressant

Installé dans un fortin que protègent trente harkis hors d’âge, Werner s’efforce de remplir sa mission, sans illusion ni faiblesse. De loin en loin, il descend reprendre souffle dans la ville la plus proche où rien apparemment n’a changé, hors de rares attentats vite classés.

Arrive le moment où Français et Algériens se décident enfin à ouvrir en Suisse de discrètes négociations de paix.

Jusqu’alors Werner avait appliqué la politique officielle. Désormais, tranche-t-il, ce qui se passe sur le terrain ne changera rien à l’issue du conflit. Qu’on arrête donc de s’entretuer !

Tandis que le carnage se poursuit alentour, une étrange trêve va s’instaurer dans la vallée.

Traversé de personnages inoubliables, La Citerne offre une vision de l’intérieur, dure, ironique et grave, des ultimes convulsions du drame algérien. Au fil des pages, le roman s’élargit en une parabole sur la folie des hommes et le devoir de résistance face aux logiques meurtrières.

Auteur, notamment, de La Dernière Conférence, Grand Prix du Roman de l’Académie française 2008, Marc Bressant a eu vingt ans en Algérie.

PRIX T.T.C. : 18 € ISBN 978-2-87706-693-8


“ Une vallée, des hommes, la guerre en Algérie ”1960 /1962 deux années cruciales pour Werner, un jeune appelé du contingent, puisqu’il va les passer en Algérie. Ce jeune sous-lieutenant aura en charge le maintien de la paix dans la vallée des sept villages, une région qui a récemment été pacifiée comme on disait à l’époque. Une pacification qui n’a pas été sans laisser quelques traces, indélébiles, que renferme l’ancienne citerne dominant le village. Durant 16 mois Werner vit et maintient cette paix fragile en essayant de laisser les armes de coté et de comprendre un peu ces hommes de la vallée.

Mais la citerne est là, œil de Caïn, qui rappelle à Werner que cette guerre n’est pas encore terminée.

Marc Bressan signe avec « La citerne » un roman capital sur la guerre d’Algérie. On y rencontre là, sans pathos excessif, une galerie de personnages à qui l’auteur, quelque soit le camp auquel ils aient appartenu, laisse sa part d’honneur qui lui revient. A qui voudra désormais comprendre un peu mieux ce moment complexe de notre Histoire il faudra conseiller le roman de Marc Bressan.

Philippe Aubier – Fontaine Haussmann http://www.librairiesfontaine.com/i...

Répondre à cet article


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP