Miages-Djebels

Accueil du site > Bibliographie > Le hasard ça n’existe pas.....

Le hasard ça n’existe pas.....

samedi 11 octobre 2008, par Jean RUDLOFF

Raconter une guerre telle qu’on l’a vécue est une chose. En faire la matière de récits où la réalité dépasse la fiction en est une autre ! II faut, pour cela, maîtriser l’art à la fois le plus ancien et le plus rare du monde : l’art du conte. Or, Jean Rudloff est un conteur-né.


Sous sa plume, la guerre d’Algérie - sa guerre d’Algérie - devient une tapisserie romanesque où plusieurs histoires se croisent, se séparent ou se retrouvent, le hasard n’étant souvent que le masque d’une nécessité qui porte un nom : le destin.

Et ce sont bien des destinées que les aventures et mésaventures de ces légionnaires, telles que Jean Rudloff les évoque sur un ton volontiers souriant, mais où l’accent grave vient parfois apposer la griffe noire de la tragédie. Campées avec une netteté, une concision et une précision dignes d’un Rudyard Kipling, ces histoires emmènent le lecteur au cœur de péripéties captivantes et souvent surprenantes, comme cette construction, par des légionnaires que l’on croirait sortis d’un roman de Dino Buzzati, d’une improbable et pourtant bien réelle piste d’aviation conçue en vertu d’une logique mathématique impeccable, mais devenue folle !

C’est aussi, pour Jean Rudloff, l’occasion de rappeler sans manichéisme à quels drames et à quels cas de conscience conduisit cette guerre que l’on ne voulait pas nommer, et dont les protagonistes, quel que fût leur camp, eurent leur part de souffrance, d’humanité et de courage : ainsi cette scène, d’une densité dramatique impressionnante, où un officier prête son pistolet, avec une balle dans le canon, au chef fellagha qu’il a capturé, en qui il reconnaît un ancien d’Indochine et auquel, par fidélité envers les gloires et les humiliations partagées, il veut éviter le déshonneur des interrogatoires... Le conteur se fait alors le portraitiste de personnages que l’on ne risque pas d’oublier, dessinés qu’ils sont à la pointe sèche, d’un trait dont la sûreté n’exclut pas les nuances et les zones d’ombre. Pas un mot de trop, pas une réplique inutile, pas une fausse note : de l’art, du grand art, bien dans la manière légionnaire. ..

Voir extrait " Bonne année !" extrait du livre dans la rubrique témoignage .....

Le hasard ça n’existe pas et autres contes de la giberne. 20 € + frais de port. de Jean Rudloff.

© Éditions Italiques

1, chemin des Beauregards

78510 TRIEL SUR SEINE Tél. : 01 39 70 55 25 01 39 70 47 23 Courrier électronique : contact@italiques.com

Répondre à cet article


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP